Tout en haut du Monde : Critique

414149

SYNOPSIS

“1882, Saint-Pétersbourg. Sacha, jeune fille de l’aristocratie russe, a toujours été fascinée par la vie d’aventure de son grand-père, Oloukine. Sacha décide de partir vers le Grand Nord, sur la piste de son grand-père pour retrouver le fameux navire.”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Rémi Chayé
Scénario : Claire Paoletti, Patricia Valeix & Fabrice De Costil
Casting (voix) : Christa Théret, Féodor Atkine, Thomas Sagols

Sortie française le 27 Janvier 2016

CRITIQUE

Tout en Haut du Monde est le premier long métrage que réalise Rémi Chayé. Nous le connaissions déjà pour sont travail d’assistant réalisateur sur le film Brendan et le Secret de Kells de Tomm Moore.

261775

Lorsque l’occasion de découvrir Tout en Haut du Monde s’est présentée, nous étions curieux de découvrir le design de l’animation, mais aussi les qualités de réalisateur de Rémi Chayet. Sachez que nous avons a été surpris, mais pas déçus ! Absolument pas !
On sent un début d’inspiration par rapport au design graphique de Brendan et le Secret de Kells, mais celle-ci n’est pas marquée complètement.

Ce que l’on peut applaudir, c’est le pari osé des aplats de couleurs. Aux premières images, nous avons un peu tiqué face aux paysages et personnages dénués de tout contour. Mais on s’y habitue en fin de compte assez rapidement et cela donne un certain caché à l’esthétique du film.

271280

Et on imagine surtout le travail assez impressionnant qui a dû être fait pour animer les personnages et gérer les couleurs. De ce qu’on a lu et compris, les premiers dessins étaient des croquis et donc à base de traits et de contours. Ceux-ci étaient ensuite réadaptés en 2 avec des aplats de couleurs par d’autres animateurs afin de corriger ce qui ne marchait pas.
L’exception dans tout le film concerne les bateaux et le convoi de l’équipage, qui eux sont en animation 3D, ce qui permet davantage de détails.

L’animation est donc notre premier point positif pour ce film, mais il fallait bien évidemment une histoire qui nous transporte, surtout avec la thématique de conquête et de voyage. Pour tout vous dire, le début du film ne nous a vraiment pas accroché. Bien évidemment, il est nécessaire de nous présenter Sacha et les personnages qui font face à ses envies de partir retrouver son grand père, le grand explorateur Ouloukine, et sa famille à Saint-Petersbourg.

270343

Comme vous pouvez l’imaginer, le film nous a davantage enthousiasmé une fois que l’aventure commence. Le scénario a été modifié plusieurs fois avant d’arriver à sa version finale et nous pouvons que nous en réjouir car apparemment le personnage de Sacha n’était pas très plaisant. Or déjà qu’on l’a trouve parfois culottée, on ose pas imaginer ce que cela aurait été autrement.
Mais ce que l’on apprécie surtout, c’est que les scénaristes ont réussi à faire en sorte que cette quête ne soit pas si simple et paraisse réaliste, notamment grâce aux rôles secondaires qui apportent des réactions qui enrichissent le film.

Tout en Haut du Monde est pour nous une très belle réussite pour un premier long-métrage. Certain choses sont probablement à améliorer, mais il y a une esthétique propre et une histoire qui intrigue. On prendrait plaisir à revoir ce film et on vous conseille vivement d’en faire la découverte lors de sa sortie en salles.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire