The Big Short – Le Casse du Siècle : Critique

381070

Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling et Brad Pitt réunis devant la caméra de Adam McKay pour un film sur la Crise financière de 2008. Le résultat ? On vous en parle.

SYNOPSIS

“Wall Street. 2005. Profitant de l’aveuglement généralisé des grosses banques, des medias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l’explosion de la bulle financière et mettent au point… le casse du siècle !”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Adam McKay
Scénario : Adam McKay & Charles Randolph
Adapté du livre de Michael Lewis
Montage : Hank Corwin
Casting : Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling, Brad Pitt, Melissa Leo, Hamish Linklater, John Magaro, Rafe Spall, ..

Sortie française : 23 décembre 2015

CRITIQUE

Admirateur du duo McKay/Ferrell depuis assez longtemps, il faut avouer que nous étions assez curieux de découvrir le premier film de Adam McKay sans sa muse (Will Ferrell) et un film où le sérieux avait l’air de prendre le pas sur la comédie. Une entrée en matière dans le drame que nous étions impatients de découvrir.

Loin d’avoir complètement accroché au film, il faut avouer que nous ne pensions pas que Adam McKay allait nous montrer ce genre de films. Loin des sentiers classiques de la réalisation des comédies, Adam McKay explore les rouages de la crise avec un oeil assez étrange entre montage hyperactif, mise en scène à la limite du documentaire, une galerie de personnages importants et un narrateur qui brise le quatrième mur.

THE BIG SHORT

Le premier quart d’heure du film est assez déroutant, entre une explosion d’images de la pop-culture pour nous imprégner de l’époque avec un montage ultra dynamique, un narrateur (Ryan Gosling) qui nous parle, des passages de présentations des différents protagonistes et un jargon incompréhensible, on se dit qu’on va vite être largué.

Mais tout cela est bien fait exprès, le film tente de nous perdre pour nous montrer les dessous de ce système et réussira par la suite à nous délivrer des séquences assez drôles où des stars viennent nous expliquer calmement les termes techniques. Car oui, même si certains parlent de drame pour ce film, il faut avouer qu’on retrouve toujours une touche d’humour chère à McKay. Ici, c’est cynique, c’est noir, mais cela permet de faire passer la pillule.

155473

Car au delà de l’aspect visuel du film qui peut en laisser quelques uns sur le côté, le film a tout de même le mérite d’exposer les dessous d’un système incompréhensible qui se joue de tous et qui joue avec l’argent des gens. Impossible de ne pas faire le parallèle avec 99 Homes de Ramin Bahrani qui aborde à sa manière les conséquences de ce système dans son film.

Comme nous l’avons dit, nous avons eu un peu de mal avec le montage très dynamique et un peu Gloubi-boulga du film. Entre les différentes storylines du film (car oui, contrairement à ce qu’on vous fait croire, les personnages ne se croisent jamais – ou presque -), les images de notre culture apposées un peu partout, le mashup ayant pour objectif d’exposer la situation m’a quelque peu dérangé.

Mais par contre, The Big Short réussi avec intelligence à ne pas prendre son public d’un air condescendant et permet dans ses 2h à nous expliquer calmement et le plus simplement possible cette histoire assez sordide qui aura chamboulé le monde entier en 2008. Donc rien pour que ce travail d’exposition, le film est vraiment sympa. Et heureusement, il ne tente pas de s’ouvrir au niveau de ses protagonistes (à part peut-être Mark Baum) et donc reste très général sur la vie personnelle des personnages.

Doté d’un très bon casting, là encore, Adam McKay a fait les bons choix. Steve Carrell réussi à prendre la plupart du film sur ses épaules et c’est réussi ! Ryan Gosling en tant que narrateur nous démontre ses capacités à faire rire (qu’il démultipliera sûrement dans The Nice Guys), Christian Bale reste malheureusement cantonné de son côté (partie négative du film), tandis que Brad Pitt y est discret et interchangeable. Il faudra plus aller du côté des seconds rôles comme l’équipe de Mark Baum (Steve Carrell) pour nous mettre quelque chose sous la dent.

THE BIG SHORT

Difficile en conclusion de vous dire si nous avons beaucoup aimé le film, passablement aimé ou pas vraiment aimé. Nous avons aimé être plongé dans cette histoire, en découvrir ses rouages, ses acteurs et son dénouement. Nous avons aimé l’humour et les acteurs présents. Mais il y aura sûrement ce petit quelque chose qui nous fera dire “oui, mais..”. On reste donc un peu dubitatifs.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire