Going Clear: Scientology and the Prison of Belief – Critique

going-clear-poster

On a tous entendu parler de l’Eglise de Scientologie. Ces actions ? Ces croyances ? Pas si sûr. Heureusement, le documentaire de Alex Gibney est là pour nous éclairer sur le sujet.

SYNOPSIS

“Un regard analytique sur le fonctionnement de l’Eglise de Scientologie.”

LE FILM

Réalisateur : Alex Gibney
Scénario : Alex Gibney
D’après le livre du même nom de Lawrence Wright
Avec : Paul Haggis, Jason Beghe, Sylvia Taylor, Lawrence Wright, Mike Rinder, …

Sortie US le 20 mars 2015 / Diffusion sur Canal + le 11 Novembre 2015

CRITIQUE

Réalisateur prolifique, Alex Gibney a remporté l’Oscar du Meilleur Documentaire en 2007 pour Taxi to the Dark Side. Cela ne l’a pas arrêté puisqu’il continue à exposer à travers ses différentes productions les travers de notre société. Troisième film de l’année 2015 pour lui, Going Clear: Scientology and the Prison of Belief s’intéresse, comme son nom l’indique, à l’Église de Scientologie.

A l’image de Winter On Fire ou Citizenfour que nous avons découvert cette année, il faut avouer que Going Clear (nous abrégerons le titre) se retrouve dans le haut du panier des documentaires de 2015. Un documentaire effarant et effrayant sur un culte que trop peu connu qui nous emmène dans les méandres de cette organisation.

Soyons honnêtes, oui, nous connaissions l’Eglise de Scientologie. Oui, on nous avait toujours répété que c’était un culte, des gens méchants, etc. Oui, mais personne n’avait pris le temps de nous expliquer en quoi ce culte était ridicule et pourquoi il était dangereux. C’est bien simple, Going Clear a résolu ce problème.

Going_Clear

La première partie du documentaire s’applique à nous expliquer les fondements de cette “religion” à travers l’histoire de son fondateur : L. Ron Hubbard. Un ancien écrivain de science-fiction reconverti en 1950 avec la parution de son “la Dianétique”, prémisse aux fondements du culte, en chef de culte. A travers des images d’archives et témoignages, le documentaire réussi à montrer comment un homme a réussi à transformer une idée en religion au point d’en devenir fou.

La deuxième partie du documentaire quant à elle préfère se concentrer sur la partie moderne de la Scientologie, comment elle est devenue ce qu’elle est grâce à son leader David Miscavige, comment il est arrivé au pouvoir, etc. Une partie plus moderne qui commence à montrer les dessous de l’organisation.

Et la dernière partie, et sûrement la plus révélatrice du documentaire dévoile les actes que la Scientologie à faire subir à d’anciens membres : tortures physiques et psychologiques, travail forcé, condition de vie des enfants, etc. Les témoignages sont effarants et réussissent à nous faire hérisser le poil.

Le documentaire est extrêmement didactique et c’est surtout le nombre impressionnants d’intervenants qui permet de créer autant de profondeur et de sérieux au sujet. Entre d’anciens membres lambda, des célébrités qui étaient endoctrinées (Paul Haggis, Jason Beghe) et surtout d’anciens cadres de l’organisation, le documentaire permet d’avoir une vue d’ensemble sur les pratiques de l’organisation.

Alors oui, maintenant, nous saurons qu’après de nombreuses séances d’auditions avec un e-meter, on peut devenir “Clair” et que cela permet d’accéder par la suite au OTT. Lorsque vous atteignez l’OTT 3, L. Ron Hubbard vous explique que nous avons des âmes d’aliens de 75 millions d’années bloqués en nous envoyées par Xanu. Et que la Scientologie, en gros, ça vous bouffe. Documentaire nécessaire pour vraiment comprendre ce qu’est la Scientologie.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire