Chronique d’une semaine ciné #19

Cher internaute, chère internaute.

Suite à ma dix-huitième chronique, j’ai reçu des avis plus qu’élogieux. C’est normal. Être considéré comme le meilleur chroniqueur de la blogosphère est certes très révélateur de mon talent mais c’est aussi la stricte vérité. Certains même d’entre vous ont essayé de me copier. Sans jamais m’égaler. Je suis né avec ce talent, ce génie même, allons plus loin. N’ayons pas peur des mots. Puis, j’ai lu un retour cheap. Et mes chevilles ont dégonflé pour mieux descendre de mon piédestal et regarder le vrai monde. Heureusement que vous êtes là, internaute, pour que le melon me court pas autour de la tête.

 

Bref. Après le succès (surprise) du premier film, il était évident qu’une suite allait apparaître au grand jour. Babysitting 2 situe son histoire cette fois-ci au Brésil où cette bande de potes va déposer ses valises dans un hôtel écolo pour visiter la faune brésilienne. On ne change pas un concept qui gagne. On prend une caméra, on se perd dans la jungle amazonienne, on retrouve la caméra et on regarde ce qui s’est passé. Rien de bien nouveau, l’effet de surprise ayant disparu. Avec plus du budget, Philippe Lacheau et Nicolas Benamou prennent plaisir à partir plus loin dans leur délire. Même trop parfois. Bien qu’on rigole de certaines situations, l’ensemble est moins crédible que dans le premier et surtout plus prévisible. Pourtant, on sent une certaine honnêteté de leur part, une envie de faire plaisir aux fans du premier. Le cœur, Philippe l’a chaud. Et surtout bien accroché pour la scène la plus mémorable du film, le saut en parachute. Métaphore du succès. On s’élève haut. Puis on chute pour redescendre sur Terre. Instant méta-pseudo-philosophique.

 

Capture-d’écran-2015-08-04-à-13.17.22-672x372

 

Ron Howard (connu pour avoir réalisé Apollo 13, Da Vinci Code, Anges Et Démons) revient parmi nous avec un film d’aventure tiré d’un célèbre livre que je vous recommande, parce que je l’ai déjà commandé, qui met en scène une grosse baleine dont le nom fait référence au pénis de Moby. Au Cœur de l’Océan narre le naufrage du baleinier Essex (dick-Essex, aucun lien) parti en mer chasser des baleines et qui se retrouve face à cet énorme cachalot. Avec ce mythe, Howard arrive à insuffler une narration moderne, non dénuée de nostalgie, qui permet de revisiter ce roman. Le point de départ du film, à savoir le récit raconté par un membre de l’équipage, est intéressant car il permet directement de rentrer dans le film et de s’identifier aux personnages. Mais, la narration manque parfois de rythme, se voulant trop contemplative car poussée par le syndrome « Odyssée de Pi ». Néanmoins, le film parvient à charmer lors des scènes avec Moby, puissant et terrifiant, tant il parvient à magnifier ce géant de l’eau en utilisant tout son cadre pour le rendre impressionnant. Plus rien n’existe in this world quand Moby apparait. Car, de peur de se noyer, Howard cacha l’eau.

 

au-coeur-de-l-ocean-11461655zbsxr_1713

 

Dernier film de Steven Spielberg, Le Pont Des Espions avec Tom Hanks raconte l’histoire de James Donovan, avocat américain qui donne aux vannes ses lettres de noblesse pendant la Guerre Froide et qui accepte à chaud de prendre la défense d’un espion soviétique ce qui va l’entrainer dans une affaire où nombreuses négociations seront nécessaires. Film d’espionnage mais aussi historique, Spielberg est incontestablement le maître en la matière pour raconter l’Histoire. Moins académique et plus intéressante que Lincoln, la mise en scène propre et limpide de Steven nous plonge directement dans l’ambiance du film aux propos humanistes. La co-écriture entre Matt l’Homme-Char et les frères Coen respire la bienveillance autour de ces personnages qui nous embarquent pour une histoire de 2h20 pour laquelle le temps semble s’arrêter. Certains disent que c’est un film mineur dans la filmographie de Spielberg. Certes. Mais même mineur, c’est un film majeur qui sonne juste en montrant l’ambiance qui existait pendant la Guerre Froide. Un peu de sérieux ne fait pas de mal.

 

le-pont-des-espions-photo-5571caf94bdd5

 

L’année dernière, on nous avait laissé un gout amer avec Hunger Games : La Révolte -Partie 1 et sa narration plus qu’ennuyante. Il était donc temps qu’on découvre l’ultime fin de cette saga. Hunger Games : La Révolte – Dernière Partie reprend exactement là où la fin de la partie 1 nous avait lâchement lâché à savoir la bataille opposant Katniss et le président Snow. Et que dire de ce final ?… Un final parfois émouvant, parfois poussif, parfois tendu, parfois lent. Trop de parfois. La révolte n’est jamais impressionnante, ne prend jamais aux tripes. Et ma grand-mère sait que, à la sauce tomate, j’aime ses trip. Ces voyages interminables pour aller jusqu’au Capitole sont tirés au maximum pour faire durer le plaisir mais se prennent des taules. Les promesses d’un final explosif se réduisent au fur et à mesure du dénouement final. Les enjeux dramatiques ne retiennent pas assez notre empathie pour y prêter vraiment attention et de surcroît aucune émotion n’émane de ces enjeux, de ces tensions. Et, sans attention, on regarde, hermétique. C’est dommage. N’est pas Harry Potter qui veut. Le geai moqueur a chanté une dernière fois. Avec des jets de maux au cœur.

 

hunger-games-4-katniss_5354801

 

C’est avec le cœur serré au fond de cette boîte que je vous quitte mes chers internautes d’amour. Ne faites pas la moue, je reviens prochainement avec ma rétrospective sur l’année 2015. Ce n’est qu’un au revoir et non un adieu pour les croyants. Et n’oubliez pas qu’un avocat américain peut venir au Capitole pour négocier après avoir trouvé un film dans la forêt amazonienne mettant en scène le zizi de Moby. Car oui, le cinéma est un art qui se ressent, qui s’imagine et qui permet de se relever après une grosse chute d’égo surdimensionné.

 

Lift Me Up.

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Gregory

5 commentairesLaissez un commentaire

  • Je tiens a signaler que le film Hunger Games La révolte partie 2 s’en tien au livre. Donc je pars du principe que si tu n’as pas lu le livre tu ne peux pas apprécier cette fin.
    Cordialement.

    • Bonjour Taho.

      La littérature et le cinéma sont deux arts qui respectent des codes narratifs différents. Ce n’est pas parce qu’un livre est bon que le film le sera. Ce n’est pas parce qu’un livre n’est pas bon que le film le sera. Le film n’est pas nécessairement obligé de respecter lettre par lettre, virgule par virgule, une page du livre adapté, du moment que le film respecte les trames principales du livre. Dans ce cas, Harry Potter 3 serait une daube innommable. Et les films adaptés des Stephen King seraient des chef d’œuvres (Oui j’ai lu les Stephen King donc je peux apprécier les films). Le film a ses propres codes de narration.

      Oui, je n’ai pas lu le livre. Mais je juge le film EN TANT QUE FILM et non en tant qu’adaptation du livre. EN TANT QUE FILM. Je ne suis pas là pour comparer le film et le livre pour les raisons évoquées en haut. Un film se suffit à lui-même. Et, EN TANT QUE FILM, Hunger Games reste un film qui aurait pu proposer mieux mais qui bénéficie d’un traitement par les producteurs assez injustes, car séparé en 2. Avaient-ils de la matière pour en faire 2 films ? Je te laisse en juger puisque tu as lu le livre. Mais d’après les films, j’ai déjà une petite idée en tête.

      Cordialement.

  • Il n’a pas compris… Je suis d’accord que films et livres peuvent être pris de manière indépendante oui. MAIS pour cette fin d’Hunger Games, ceux et celles ayant lu les bouquins apprécieront bien plus que les personnes comme toi, par exemple, qui n’ont pas lu les bouquins. Donc oui, pour quelqu’un n’ayant PAS LU les livres ce dernier film peu même paraître ennuyant à certains moments. Mais pour quelqu’un AYANT LU le livre c’est bien, c’est même très bien.
    Bref, à l’avenir tu sera prié de mieux lire les commentaires que l’ont de fait.

    Cordialement.

    • Nul besoin d’être méprisant comme tu l’es. Ton premier commentaire, je l’ai compris comme une accusation du fait que je n’avais pas le droit de donner mon avis en sachant que je ne l’avais pas lu. En tant que lecteur du livre, si cette fin te satisfait, c’est tant mieux pour toi. J’ai juste trouvé la fin un peu molle et sans grand moment marquant. Ils n’auraient pas dû en faire 2 films. Mais, si comme tu le dis, le film s’en tient au livre, alors il l’a bien adapté et c’est tout à son honneur. Je l’ai juste jugé en tant que film. Toi en tant qu’adaptation. Et peut-être que ton avis est plus légitime que le mien.

      Cordialement.

Laisser un commentaire