Island (2015) : Critique

PS07.ISLAND-Affiche

Découvrez notre critique de l’excellent et sublime second long-métrage du coréen PARK Jin-seong présenté au Festival du Film Coréen à Paris en 2015

SYNOPSIS

“Un homme arrive sur l’île de Jeju, pour prendre possession de la maison dont il vient d’hériter. Dans la région, des rumeurs courent autour de cette inquiétante demeure… “
(Source : FFCP)

LE FILM

Réalisateur : PARK Jin-seong
Scénario : PARK Jin-seong et PARK Jin-seok
Photographie : JUNG Seon-guk
Musique :PARK Jin-seok
Casting : OH Jiho, MUN Kayoung, KANG Pilseok, YUN Jiwon

Sortie française inconnue

CRITIQUE

Island est le deuxième long métrage de du réalisateur coréen PARK Jin Seong que nous avons eu le privilège de voir dans la version souhaitée par le réalisateur à l’occasion de la dixième édition du Festival du Film Coréen à Paris.

Island est le genre de films que nous sommes plus qu’heureux d’avoir découvert en salles. Le film est l’un des meilleurs que nous avons pu voir lors du festival et qui nous a profondément touché et bouleversé.

PS07.ISLAND3

Le film prend le temps de poser les bases d’un récit qui s’avére être beaucoup plus complexe qu’on ne le pensait. Kim arrive sur la très belle île de Jeju avec pour ambition de s’installer une maison abandonnée dont il a hérité. Mais une légende court, la maison est hantée par une jeune femme.

Bien évidemment, Kim est quelqu’un de rationnel et n’y croit pas une seconde et commence ainsi son chemin de croix. Un chemin qui va le mener vers une introspection personnelle importante suite à la perte de deux êtres chers, ce qui le pousse à commettre l’irréparable.

Mais dans l’adversité, la lumière apparaît. Cette lumière prend la forme de deux choses. Une retour sur la vie passée de sa famille, mais aussi la naissance d’une amitié avec Yun-Joo, personne décalée et irrespectueuse qui va pourtant s’immiscer dans la vie de Kim.

Au premier abord on pourrait croire que Island est un film d’horreur, mais non. Le film baigne dans le fantastique avec une ambiance assez étrange et mystique mélangeant pans de la vie de Kim et pans de vies de personnages dont nous ne savons pas tout de suite l’identité. C’est dans ces passages que le film parvient à nous captiver, par ces moments inexplicables.

PS07.ISLAND2

Plus que le fantastique, l’ambiance du film est sûrement ce qui a réussi à nous chambouler par la force de son fil narratif, on passe d’un sentiment de crainte à un sentiment confiant face à ce que l’on découvre. L’évolution est subtile et assez lente, mais cela permet de créer une puissance narrative à la fin qui vous bouscule. Impossible de ne pas être touché par cet homme en quête de réponses sur lui, mais aussi sur son passé.
Cette évolution passant de la thématique de l’horreur à une thématique beaucoup plus paisible essentiellement centrée sur l’identité et les sentiments des personnages nous a d’ailleurs un peu rappelé Crimson Peak de Guillermo Del Toro où il est aussi question de fantôme.

Le film a été conçu pour être vu en Noir & Blanc (son distributeur en Corée du Sud voudrait apparemment le diffuser en couleur) et cela s’accorde parfaitement avec le récit et la mise en scène. Mais ce choix artistique prend encore plus de sens avec la dernière séquence du film, rendant la fin encore plus poignante.

Un vrai morceau de cinéma indépendant qu’on aimerait découvrir toutes les semaines. Island est superbement bien mis en scène et l’histoire se déroulant devant nos yeux prend son temps permettant de rendre le récit fort émotionnel grâce à un homme en quête de soi face à un univers fantastique intéressant.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire