Heart of Snow, Heart of Blood : Critique

Heartofsnow3

SYNOPSIS

“A la fin des années 30, des centaines de coréens furent exilés de force vers l’Ouzbékistan, le Kirghizstan et d’autres contrés de l’Union Soviétique d’alors. Ces coréens ont fait leur vie là-bas, entretenant leur culture tout en devenant, de génération en génération, russes. “
(Source : FFCP)

LE FILM

Réalisatrice : KIM Jeong

Sortie française inconnue

CRITIQUE

Nous avions été attiré par le pitch du documentaire et aussi beaucoup son titre (que nous trouvions très élégant). Malheureusement, Heart of Snow, Heart of Blood est une petite déception. Le documentaire n’aborde pas complètement le sujet promis et s’avère être plutôt… ennuyant.

Malgré sa courte durée (98 min), le film essaie d’aborder beaucoup de sujets et beaucoup de vies. Ce qui nous a étonné de base est que le film ne se concentre pas trop sur l’événement dont il traite mais plus les conséquences quelques générations plus tard. Déjà parce que la plupart des gens aillant vécu ces événements sont morts, mais aussi parce que finalement, le sujet n’est pas là.

Heartofsnow4

Le sujet, il est plus loin que je ne le pensais. Ce sont des gens, des familles de coréens qui habitent soit maintenant en Ouzbékistan/Russie/Pays en -an ou qui ont décidé de revenir dans leur pays de racine sans connaître la langue. KIM Jeong livre ici le témoignage intéressant et poignant de plusieurs personnes dont une jeune fille voulant devenir chanteuse, un homme tenant un restaurant “russe” en Corée, etc. Des témoignages qui s’étalent sur plusieurs générations afin de bien comprendre où en sont ces gens qui ont subi un traumatisme dans leur famille.

La lenteur du sujet, des interviews et de la mise en scène qui essaie de capturer ces (magnifiques) paysages sans vie rend le documentaire un peu rébarbatif et longuet sur les bords malheureusement. Le manque de dynamisme au niveau de la mise en scène plongera sûrement certaines personnes dans un sommeil profond. Et le documentaire n’ayant pas de fil narratif précis, difficile de savoir quand ça va s’arrêter.

Heartofsnow5

C’est pas catastrophique non plus puisque d’une part, nous ne connaissions pas cette histoire et que nous avons trouvé ça fascinant (façon de parler, c’est assez tragique), mais le documentaire nous a aussi emmené là où nous ne pensions pas, dans la vie quotidienne de coréens déracinés par moment et en quête d’identité et de reconnaissance.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire