Haman (2015) : Critique

Haman-2

Premier film en compétition au Kinotayo cette année et c’est pas joyeux-joyeux. Disons même que c’est mauvais.

SYNOPSIS

“La première fois d’une jeune fille est un moment inoubliable… Pour Haruka, il vire au cauchemar quand elle tue malencontreusement son petit ami au cours de leurs premiers ébats. La descente aux enfers ne fait que commencer…”
(Source : Kinotayo)

LE FILM

Réalisateur : Tetsuya OKABE
Scénario : Tetsuya OKABE
Casting : Nonoka Baba, Yusuke Kojima, Maki Mizui

Sortie française inconnue

CRITIQUE

Après l’excellent Le Garçon et la Bête projeté en Ouverture du Kinotayo, il était temps de rentrer pleinement dans la sélection en compétition du Festival. Pour commencer, on s’attelle au premier long-métrage de Tetsuya OKABE, assisant-réalisateur sur des films de Takashi Miike, Yuya Ishii ou Nobuhiro Yamashita.

On a de nombreux exemples de premier film réussi (Le Fils de Saul, SocialPhobia ou encore Mustang), malheureusement, Haman ne fera pas partie de cette catégorie. Un film sans réel propos, traînant une ambiance mi-glauque, mi-humour noir, une actrice principale qui ne tient pas la route. Un calvaire de 1h30 qu’on va tenter d’oublier le plus rapidement possible.

HAMAN_1

Pourtant, le pitch semblait intéressant (il nous a rappelé celui de Nina Forever), et la scène d’introduction était plutôt bien réussie. 5min de rapports sexuels entre deux adolescents sous fond de musique d’opéra qui finit dans un bain de sang. Mais la suite… Déjà, 3 min de Nonoka Baba se regardant dans la glace, c’est trop. Mais surtout, le film tourne en rond puisqu’on ne sait pas vraiment où Okabe veut amener son récit.

S’il y a bien une chose qu’Okabe veut montrer, c’est la fébrilité et la fragilité de son héroïne qui se fait marcher sur les pieds tout le long du film, qui pleure à chaudes larmes environ toutes les 10min et qui se fait harceler sexuellement (et même violée…) sans jamais réagir.

hp-0883

L’actrice principale Nonoka Baba est malheureusement, très peu convaincante et joue assez mal certaines scènes (elle n’exagère pas, elle joue juste mal). Le ton du film est un peu glauque, un peu drôle (même si l’humour se perd au fur et à mesure), mais c’est surtout visuellement que Haman est pauvre. Sûrement réalisé avec peu de moyens, le film est très pauvre visuellement d’un côté qualité (et c’est pas ce qui dérange le plus), mais surtout cinématographiquement d’une part du côté des lumières et surtout du choix des plans qui restent ultra-banales et simples.

Haman est donc clairement une grosse déception. Alors que le film pouvait vraiment être intéressant et drôle, Haman navigue dans une ambiance qu’il nous laisse de marbre, une mauvaise interprétation, un propos incompréhensible et une réalisation banale.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire