Mustang (2015) : Critique

296041

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs cette année au Festival de Cannes, (re)découvrez le très beau premier film de Deniz Gamze Ergüven qui représentera la France aux Oscars : Mustang.

SYNOPSIS

“Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues.”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisatrice : Deniz Gamze Ergüven
Scénario : Deniz Gamze Ergüven et Alice Winocour
Photographie : David Chizallet et Ersin Gok
Casting : Güneş Şensoy, Doğa Doğuşlu, Elit İşcan, Tuğba Sunguroğlu, İlayda Akdoğan, Nihal Koldaş

Sortie française : 17 juin 2015 / Sortie en DVD le 21 Octobre 2015

CRITIQUE

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs cette année à Cannes, Mustang a réussi à s’imposer dans le paysage du cinéma français avec plus de 200 000 entrées en salles, un succès critique et public, mais aussi en devenant le représentant français aux Oscars. Il était donc de notre devoir de le rattraper à l’occasion de sa sortie en DVD.

061713

Mustang nous offre un drame qui de part son thème est assez dur et sombre, mais qui dans sa mise en scène ressort sublimé et lumineux. Un drame sur l’émancipation, le clash d’une culture moderne et d’une culture traditionnelle dans une société où tout le monde ne se comprend pas. Un drame qui nous a donc beaucoup ému.

Premier long métrage de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven, elle fait le choix ici de porter à l’écran une histoire très personnelle puisqu’inspirée de sa propre vie, mais aussi de ses histoires de famille. L’introduction du film impose le ton entre jeunesse en quête de liberté et d’amusement et la tyrannie familiale qu’elles peuvent subir.

225240

Tout le long du film, on suit ainsi ces jeunes filles qui ne comprennent pas certaines traditions et qui se retrouvent, au fur et à mesure, enfermées dans leur propre maison. Des jeunes filles soudées, formant une petite bande qui avec leurs longues chevelures formeraient presque un troupeau incontrôlable.

Nous pensions que vu le sujet, la mise en scène et l’ambiance, le film allait vite se transformer en quelque chose d’assez sombre, mais ce n’est pas du tout le cas. Baigné par le soleil, le film reste toujours lumineux et ne sombre pas dans le pathos, le larmoyant, ne juge pas ses protagonistes et reste ouvert à des changements (les grandes tantes aidant de temps à autre) malgré le sujet difficile.

535860

Le film s’applique à montrer le quotidien de ses filles entre tradition et modernité. Entre robes “marron de merde” et coup rapide dans une voiture. On sent ainsi vraiment le clash culturel. On repense souvent au fait que plus ont interdit des choses aux enfants, plus ils ont tendance à faire le contraire de ce qu’on leur demande. Plus on leur interdit de sortir, plus elle trouve d’autres méthodes pour, plus on leur dit de ne pas voir de garçons, etc.

Mustang est vraiment un beau film. Une chronique lumineuse sur l’émancipation et la liberté d’actes dans une Turquie divisée entre modernité et tradition.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Un commentaireLaissez un commentaire

  • J’ai aussi adoré ce film et la capacité de Deniz Gamze Ergüven d’adresser des sujets difficiles avec un équilibre étonnant.
    « une Turquie divisée entre modernité et tradition. » : Pour moi, il ne faut pas citer tradition comme quelque chose de négative; plutôt et  » conservatisme et modernité » car la tradition peut, et doit, être associer avec des valeurs positives qui définissent les différents cultures.
    Même le mot conservatisme ne convient pas quand il s’agit d’adresser la valeurs fondamentales comme droit à l’enfance, droit des femmes à exister normalement sans être enfermées, ab
    usées ou violées.

Laisser un commentaire