Tangerine : Critique

Découvrez notre critique du film Tangerine de Sean Baker complètement filmé à l’iPhone 5 dans les rues de Los Angeles

photo_08

SYNOPSIS

“Vingt-quatre heures dans la vie d’une drôle de Cendrillon, qui traverse la Cité des anges à la recherche de sa rivale.”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Sean Baker
Scénario : Sean Baker et Chris Bergoch
Directeur de la Photographie : Sean Bake et Radium Cheung
Superviseur musique : Matthew Smith
Casting : Kiki Kitana Rodriguez, Mya Taylor, Karren Karagulian, Mickey O’Hagan, James Ransone

Sortie française : 30 décembre 2015

CRITIQUE

Produit par les frères Duplass, Tangerine est le nouveau long-métrage de Sean Baker que nous connaissions pour l’hilarante série d’MTV Warren The Ape. Très bien reçu au Festival de Sundance 2015, il remporta même un Prix au Festival de Deauville. Mais nous l’avons vu lors de sa sélection à l’Etrange Festival. Le résultat ?

photo_01

Objet cinématographique intéressant, Tangerine reste tout de même un film de festival qui se donne une allure cool et hype avec un scénario sans fin qui n’arrive finalement pas vraiment à nous accrocher.

Difficile de parler de Tangerine sans parler de sa réalisation plutôt atypique. Le film fut en effet complètement (ou presque filmé) à partir d’un iPhone 5 de la marque Apple (pourquoi je le précise…). Cela se remarque dès la première seconde puisque le film aborde un aspect assez “cheap” en terme de grain visuel.

photo_05

On se dit ainsi tout de suite que tout le film va avoir ce look amateur ou pour dire ça de manière plus intello, du mamblecore (lancé par les frères Duplass il y a quelques années de cela). Mais finalement, Sean Baker réussit à nous offrir un film qui avec une très belle gestion de la lumière, de l’ambiance et des plans, tient plus que la barre cinématographiquement.

Le film offre ainsi de très belles séquences et permet de montrer qu’avec un peu d’huile de coude, même avec un très faible budget, la réalisation d’un film est toujours possible. On note ainsi des scènes de coolitude composées de scènes de marches sur fond de musique électronique qui marchent et qui redonnent du rythme au film.

photo_04

Car oui, malgré le fait que tous les acteurs et actrices du film sont excellents et réussissent parfaitement à nous imprégner de l’ambiance d’un Los Angeles des bas fonds où prostitués, filcs, chauffeurs de taxi et drogue cohabitent d’une manière étrange, le film reste tout de même assez vide et tourne très rapidement en boucle. La manière dont conclu Sean Baker son film en est sûrement l’exemple même.

Nous avons donc eu beaucoup de mal à accrocher avec Tangerine qui malgré un belle cinématographie et une proposition de cinéma intéressante nous a semblé être un film qui veut se donner une allure cool sans réellement offrir un scénario séduisant.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire