Ni Le Ciel Ni La Terre : Critique

Découvert à l’occasion de l’Etrange Festival, découvrez notre critique de Ni Le Ciel Ni La Terre avec Jérémie Renier

492223

SYNOPSIS

“Afghanistan 2014. A l’approche du retrait des troupes, le capitaine Antarès Bonassieu et sa section sont affectés à une mission de contrôle et de surveillance dans une vallée reculée du Wakhan, frontalière du Pakistan. Malgré la détermination d’Antarès et de ses hommes, le contrôle de ce secteur supposé calme va progressivement leur échapper.“
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Clément Cogitore
Scénario : Clément Cogitore et Thomas Bidegain
Directeur de la Photographie : Sylvain Verdet
Casting : Jérémie RENIER, Swann ARLAUD, Marc ROBERT, Kevin AZAÏS, Finnegan OLDFIELD, Clément BRESSON, Sâm MIRHOSSEINI

Sortie française : 30 Septembre 2015

CRITIQUE

Ni Le Ciel Ni La Terre est le premier long métrage du français Clément Cogitore, artiste plasticien de formation. Un film qui a été sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes en 2015 et qui a remporté le Prix de la Fondation Gan. Un film très bien reçu par l’accueil des festivaliers et qui se retrouve maintenant en compétition à l’Etrange Festival avant sa sortie fin Septembre.

010362

Le moins qu’on puisse dire, c’est que oui Ni Le Ciel Ni La Terre est étrange. Pourtant, sans vraiment l’être, d’où tout le paradoxe du film. Naviguant entre films de guerre, conte fantastique, avec des petites touches d’horreur, le film est un léger mélange de genres dont le résultat sort des chantiers battus.

Et c’est d’ailleurs un bon premier point à noter. Nous aimons les productions françaises qui prennent des risques, qui proposent de réels moments de cinéma, qui réussissent vraiment à nous emballer. Ni Le Ciel Ni La Terre fait partie de cette catégorie encore trop réduite qu’on aimerait voir s’accélérer.

Difficile de vraiment parler du film puisque celui reste assez léger dans son scénario. Mais l’installation de l’ambiance et du ton font tout, cela permet au film d’avoir un vrai cachet et des effets de styles personnels. Que ce soit à travers l’utilisation de caméras infrarouges, nocturnes, on sent l’envie est de pousser le spectateur au plus proche de la vie quotidienne de ces soldats qui se retrouvent dans une guerre de position où ils s’ensevelissent dans un quotidien ennuyant.

566822

Mais le film réussit à redonner du rythme à travers quelques séquences plus musclées où on nous montre le potentiel de ces militaires prêts à tout pour défendre leur zone, mais aussi pour trouver les soldats perdus.

C’est justement autour de ces disparitions que se crée le film. Comment réagir face à quelque chose qu’on ne comprend pas, qu’on ne peut expliquer ? Des personnages dans le doute qui au fur et à mesure du film deviendront fous dans quelques cas, ne sachant plus qui croire ou quoi faire dans une guerre sans fin.

La rencontre avec les locaux va permettre au film de se renouveler et d’apporter un point de vue nouveau sur la situation et surtout de remettre en cause par certains points la méthode occidentale.

007706

Mais il faut tout de même avouer que le film souffre de moments terriblement longs qui ne plairont sûrement pas à certaines personnes. Entre contemplation et brassage de vent spirituel, le film ne va clairement pas toucher tout le monde de la même manière. Dans mon cas, sans être complètement transporté, je dois avouer que j’ai été intrigué et captivé par cette histoire et que la mise en scène elle, est irréprochable.

Ni Le Ciel Ni La Terre est OVNI dans le monde de la production française. Un OVNI qui amène de très bonnes choses et qui a réussi à nous captiver tout du long.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire