[JEUDI COM] La stratégie derrière une sortie VOD aux Etats-Unis

logo

Aux Etats-Unis, contrairement à la France, de plus en plus de distributeurs font le choix de sortir leur film dans quelques salles sur le territoire, mais de le rendre aussi disponible à tous avec une sortie VOD. On appelle ça une sortie « day & date ». Avec l’émergence d’Internet, du piratage illégal, ce mode de distribution permet à tous de profiter du film de la manière dont il l’entend : chez lui, au calme, dans son canapé n’importe quand ou dans une salle de cinéma, avec un bon écran et un bon système audio, à un horaire pré-défini.

Aux Etats-Unis, plusieurs acteurs importants ont décidé de se lancer dans l’aventure du « day & date ». La plupart du temps, ce sont des distributeurs indépendants qui cherchent à rentabiliser les films qu’ils sortent. On compte ainsi par exemple Magnolia Pictures, IFC Films, The Orchard ou encore Radius TWC.

Mais encore aujourd’hui, de nombreux distributeurs font le choix de sortir leurs films en « direct-to-video », c’est-à-dire une sortie de films directement en vidéo (DVD et/ou Blu-ray + VOD), sans passer par la case salles. En France, Wild Side, TF1 Vidéo font partie de ces distributeurs. Les DTV ont souvent la réputation d’être des mauvais films qui ne méritent pas une sortie en salles, de la mauvaise qualité. Une réputation qui n’est pas toujours vraie puisque de nombreux DTV s’avèrent être plutôt bons (If You Love Me par exemple sorti en juillet 2015).

A l’occasion d’un mois de Juillet prolifique (sorties de Red Knot, Lucky Stiff et The Escort), le distributeur américain The Orchard a partagé à travers un article sur leur blog les bonnes méthodes pour sortir un film en VOD efficacement :

Une date de sortie stratégique

C’est un des facteurs les plus importants pour le succès d’un film. En travaillant de très près avec les partenaires de distribution, l’équipe marketing surveille les différentes sorties des concurrents et détermine la date optimale de sortie du film en prenant en compte différents facteurs pour le marketing. Pour la sortie de Lucky Stiff, l’équipe marketing a pris en compte le fait que Jason Alexander (qui est dans le film) allait remplacer un acteur à Broadway et que son ancienen série TV Seinfeld allait être disponible sur Hulu.

Investir dans du matériel de promotion.

Créer du matériel captivant et convaincant est essentiel. Sachant qu’une sortie VOD amène un matériel promotionnel plus petits en terme de tailles à cause des vignettes sur les différents sites (Itunes, Netflix, etc.). Il faut donc faire attention lorsque de la création du poster que celui-ci rende bien en plus petit (exemple de The Red Knot et The Escort ci-dessous)

Dessin sans titre (1)

 

Les atouts marketing

Chercher à amener du contenu exclusif (bande-annonces, extraits) auprès des plateformes de divertissement dans le but de créer de la notoriété et du buzz est vital dans la stratégie de distribution. Lors de la construction de la campagne de promotion, il faut qu’elle tienne dans un délais beaucoup plus court qu’une sortie en salles. Ainsi, on assure au titre une campagne vivante lors de sa sortie, ce qui permet aux acheteurs d’avoir clés en main l’achat du film le plus rapidement possible (liens dynamiques, publicités, etc.)

Marketing social

Continuer à encourager les acteurs à parler du film continue d’être un moyen efficace pour atteindre les fans et améliorer les ventes. Les jours de ventes sont évidemment le jour de sortie, mais la période Jeudi-Dimanche soir est aussi propice à l’achat car c’est à cette période que les gens pensent à acheter ou louer un film. Le mieux est que les acteurs et les plateformes VOD communiquent à cette période-ci.

Support sur les plateformes

Sécuriser un bon placement sur les plateformes de ventes est critique au succès d’un DTV. Si le film est caché ou difficile pour le client à trouver, il y a un gros problème. Certaines plateformes proposent plusieurs types de placements au sein de leur pages, mais aussi d’autres outils marketings comme des newsletters.


 

C’est assez agréable d’avoir un professionnel du métier qui ose parler des actions faites en amont pour une sortie de DTV. Avec l’engorgement des salles en France, tous les distributeurs ne font pas forcément le choix de sortir leurs films en salles par manque de moyens. En effet, il est de plus en plus difficile d’attirer du monde pour certains petits films malgré la bonne presse.

Comme expliqué, s’il y a bien une chose d’importance, c’est de prouver l’existence du film sur le territoire. Que ce soit sur Allociné, Ecran Large, Premiere ou Comme Au Cinéma, si votre film y est bien référencé et où on peut y trouver les bonnes informations (affiche française, images, bande-annonces VOST ou VF et/ou extraits du film), alors, on prouve bien que le film existe et qu’il va être disponible légalement en France.

Dans le cas de la sortie VOD, effectivement, à vouloir commencer une campagne trop en amont, on peut ne pas avoir assez de présence lors de sa sortie (ou alors une présence purement explicative « le film est disponible, etc. ») pour créer un réel engouement. Plus la campagne est proche de la sortie, plus on parlera du film et plus celui-ci aura des chances d’êtres acheté lors de sa disponibilité. D’où l’importance énorme d’avoir quelques partenaires médias qui peuvent relayer le contenu du film à leurs abonnés.

Dans le cas des acteurs, il est souvent assez difficile de pouvoir, en France, réussir à les avoir pour participer à la promotion du film. De temps en temps, les réalisateurs aideront à travers quelques petits messages sur la sortie de son film en France. C’est par exemple le cas de William Eubank, réalisateur de The Signal qui a profité de l’occasion du radical changements d’affiche pour s’exprimer :

Mais pour certaines sorties « e-cinema », les choses sont différentes. Avec pour objectif de légitimer la sortie direct-to-VOD (lire notre article), les distributeurs français n’hésitent pas à sortir les gros moyens. Que ce soit pour Un Incroyable Talent où Paul Potts est venu faire des interviews ou Teach Me Love où tout le casting est venu pour la promotion, les distributeurs mettent le paquet. Le résultat ? C’est une autre histoire. Selon un article de Zdnets, des simulations prouvent qu’il est assez difficile de sortir un film rentable en e-cinema ( Sur la base d’un prix d’acquisition de 150.000 euros, il faut vendre au moins 100.000 séances quel que soit le budget marketing investi).

La sortie VOD peut tout de même être une opportunité dans un pays où les habitudes de consommation sont différentes. Aux Etats-Unis, la pratique est très courante et permet à certains films de bien marcher. On dénombre ainsi Snowpiercer ou encore The Interview qui ont plutôt bien marchés en VOD. Il faut ainsi voir si l’évolution de la consommation de la VOD en France va évoluer, s’améliorer pour voir si le marché peut être investi. Et selon une étude NPA, la consommation de vidéo à la demande reste assez stable…

Source

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire