Sense 8 : Retour sur la saison 1

126913

SYNOPSIS

“Huit individus éparpillés aux quatre coins du monde sont connectés par une soudaine et violente vision. Désormais liés, ils se retrouvent capables du jour au lendemain de se voir, de se sentir, de s’entendre et de se parler comme s’ils étaient au même endroit, et ainsi accéder aux plus sombres secrets des uns et des autres.”
(Source : Allociné)

LA SERIE

Créateurs : Lana et Andy Wachowski, Joseph Michael Straczynski
Scénario : Lana et Andy Wachowski, Joseph Michael Straczynski
Réalisateurs : Lana et Andy Wachowski, Tom Tykwer, James McTeigue, Dan Glass
Musique : Tom Tykwer et Johnny Klimek
Diffuseur : Netflix
Nombre d’épisodes : 12
Casting : Aml Ameen, Bae Doona, Jamie Clayton, Tina Desai, Tuppence Middleton, Max Riemelt, Miguel Ángel Silvestre, Brian J. Smith, Freema Agyeman, Anupam Kher, Terrence Mann, Naveen Andrews, Daryl Hannah

Début de diffusion le 5 juin 2015 sur Netflix

CRITIQUE

Lana et Andy Wachowski ont toujours été source de désaccord au sein des cinéphiles. D’un côté, ceux qui adorent leurs oeuvres comme Speed Racer, Cloud Atlas ou dernièrement Jupiter Ascending et ceux qui les considèrent comme mauvais. Nous faisons (heureusement) partie des personnes qui adorent leur filmographie. Alors pensez-vous, quand les Wachowski s’allient avec le papa de la cultisme série Babylon V pour une série produite pour Netflix, nous sommes plus que heureux !

Après une introduction mettant en avant la connexion entre nos sensates, la première partie de la saison va consister à creuser les personnages et leurs relations. On a donc droit à une série globale se déroulant dans huit villes dans le monde où chacun à sa propre intrigue. Le premier problème que cela peut poser : du favoritisme. Comme dans chaque série, on se retrouve très rapidement à avoir nos chou-chous. Et on peut rapidement préféré tel ou tel personnage et se désintéressé d’un autre.
Toutefois, le montage de la première partie est assez équilibré et même si certains personnages sont plus mis en avant, chaque protagonistes a droit à son moment de gloire, sa partie un peu plus rythmée et dynamique apportant une évolution à celui-ci. Une évolution dans l’histoire à laquelle s’ajoute celle du groupe.

306699

En effet, dès le début de la série, on veut rapidement savoir pourquoi et comment ces sensates sont connectés. La série ne répond pas vraiment à ces questions (pour l’instant) et on comprend rapidement qu’un “plan” a été conçu (les créateurs annoncent pouvoir faire 5 saisons). Mais la saison 1 permet d’observer la création d’un lien, d’une relation entre tous ces personnages. Une relation assez lente, qui met du temps à se créer et qui est assez succincte au début.
Ce sont ainsi des petits bouts de la vie d’un qu’arrive à voir l’autre, des petits bouts de sentiments, sensations, savoir, compétences, etc. Une évolution assez lente qui a fait notre bonheur. On est dans le noir, tout comme les personnages, et on apprend en même temps qu’eux la maîtrise de ces habilités.
Des habilités qui au départ ne paraissent pas forcément utiles, mais qui dans le dernier acte de la saison permettront aux personnages de s’en sortir. Ces scènes où les personnages ne font plus qu’un sont très bien mises en scène et assez jouissives il faut avouer. Comme quoi, le temps, ça paie.

281370

L’arc établit dans les premières minutes du pilot n’est quasiment pas exploité tout le long de la saison, ce qui peut être assez frustrant. Mais dans l’objectif de clôturer la saison avec une partie dynamique, cet arc assez mystérieux et intéressant revient à la charge et permet de faire avancer le fil rouge de la série. Mais cela reste très léger et déçoit un peu.

Du coup, plus généralement, la série offre de très beaux moments pour chaque personnages au niveau de son intrigue, mais aussi de la connexion existante. On a droit à des passages assez intimistes et tout simplement beaux. C’est à ces moments que l’on s’aperçoit de l’intérêt de cette relation entre chaque personnages.

454975

Sense 8 est une série très humaniste si on regarde au delà de l’aspect fantastique qui nous fascine avant tout. Ce côté très centré sur l’humain se retrouve énormément dans le générique de la série. Un générique dépourvu de toute fantaisie qui nous a tout au long de cette saison un peu perturbé. Non pas que cela le rende mauvais mais, justement, il manque cet aspect de fiction si évident dans Sense8. Un manque pour nous mais peut être s’agit-il là juste d’un moyen de mettre en avant cette dimension humaine et la faire mieux ressortir à travers la série.

Sense 8 est une série que nous avons plus qu’appréciée ! Un casting qui tient la route, une production de très bonne qualité, des lieux de tournages atypiques, une histoire qui mélange drame et science-fiction, personnelle et groupe et une histoire qui prend son temps font de Sense 8 le cocktail parfait pour passer un bon moment !

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire