The Road Within : Critique

TheRoadWithinPosterLE FILM 

Réalisation : Gren Wells
Scénario : Gren Wells
Photographie : Christopher Baffa
Musique : Josh Debney
Casting : Robert Sheehan, Dev Patel, Zoë Kravitz

Date de sortie française : inconnue (2015 ?)

SYNOPSIS

« Vincent est atteint du syndrome de la Tourette. Il vient de perdre sa mère et se retrouve ainsi face à son père avec qui il est en froid depuis quelques temps. Ce dernier craignant que son fils vienne compromettre sa carrière politique, il envoie Vincent dans une clinique spécialisée. Sur place, le jeune homme fait la connaissance de Marie, une jeune anorexique dont il tombe amoureux. Ensemble, ils décident de s’enfuir, entraînant malgré eux Alex, le colocataire de Vincent, qui souffre de TOC.   »
(Source : Allociné)

CRITIQUE

The Road Within est un remake du film allemand Vincent, sorti en 2010. L’histoire est la même, le scénario y est inchangé, jusqu’aux noms des personnages. On retrouve donc Vincent qui souffre du syndrome de Tourette envoyé dans une clinique spécialisée où il rencontre Alex et Marie, le premier souffrant de phobie de la saleté, et la deuxième d’anorexie. Le film se présente comme l’archétype du film indépendant américain, feel good movie dans ce cas, qui prend ici la forme d’un road-movie.

TheRoadWithin2

Voir Robert Sheehan et Dev Patel réunis à l’écran donne une drôle d’impression, et l’on ne peut s’empêcher de penser aux séries qui les ont fait connaître Misfits pour le premier et Skins pour l’autre, deux produits de la chaîne anglaise E4. Pensée qui ne vient en rien valoriser le film, puisque ce dernier n’arrive pas à la cheville en terme de subtilité de traitement des personnages dont pouvait se targuer Skins. Si les deux comédiens font leur maximum pour donner vie à leur personnages, ils ont bien du mal à donner un semblant d’épaisseur au scénario bien mince qui prend l’allure d’une ligne droite narrative, vue et revue mille fois. Chaque arrêt est marqué par un obstacle à surmonter, qui nécessitera d’affronter ce qui les handicape. Dés leur évasion de la clinique le film enchaine les situations peu intéressantes.

Le titre suggère en effet que la route en apparence n’est rien, et que le chemin à parcourir est surtout à l’intérieur de nous. On aurait pu fermer les yeux sur le côté conventionnel du road-movie si la réalisatrice ne s’était pas intéressée qu’en surface à ses personnage. Mais certains personnages ne reste que des archétypes, comme le père ou encore celui de Marie dont la réalisatrice dit qu’elle n’a pas souhaité en faire un cliché, alors que son rapport maladif à la nourriture ne sert qu’au dénouement final. Elle filme les TOC de Vincent comme cela arrange la dramaturgie, un coup pour l’émotion, un coup pour le rire. Mais le manque d’empathie se fait ressentir, et l’on a que faire de leurs atermoiements. Le film assène sans subtilité son discours sur l’altruisme et le respect de la différence. Ajouter à ça que le film souffre d’une lumière atroce de téléfilm, usant souvent d’un vignettage gratuit dans sa deuxième partie, avec des plans de drône digne des pires vidéos de sport de glisse.

TheRoadWithin

Le film n’a pas un but informatif sur le syndrome de Tourette qu’il présente de façon authentique, mais n’apporte aucune explication pour mieux cerner son personnage. Le film fonce tête baissé dans tous les pièges miévreux qui lui étaient tendus. Il ferme les yeux sur les problèmes des personnages, qui ne servent qu’à créer des clichés sentimentaux. Seul les comédiens tirent un peu leur épingle du jeu. L’envie de déstigmatisaton des troubles mentaux avec The Road Within est rendue de façon bien maladroite et agaçante.

BANDE ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Lucas Guthmann

2 commentairesLaissez un commentaire

  • Je trouve ça con, lorsqu’on se prend pour un « critique de film » de laisser autant de fautes d’orthographe dans la critique elle-même. Ça discrédite tout le discours. Dommage, surtout sur un film qui vaut le coup.

    • Bonjour,

      ce n’est pas parce que j’ai vu un film sur lequel je partage un avis que j’ai pour vocation d’être « un critique de film ». Je vous remercie néanmoins pour mon orthographe.

      Bonne journée

Laisser un commentaire