L’Éveil d’Edoardo : Critique

ee_aff_400x533,3.indd

SYNOPSIS

« C’est l’été sur la côte italienne. Pour Edoardo, 17 ans, le temps des premiers émois est venu. Mais maladroit et timide avec les filles, il découvre que le sexe est plus compliqué que ce qu’il pensait… »
(Source : Allociné)

LE FILM 

Réalisation : Duccio Chiarini
Scénario : Duccio Chiarini, Ottavia Madeddu, Marco Pettenello, Miroslav Mandic
Photographie : Barış Özbiçer
Musique : Woodpigeon
Casting : Matteo Creatini, Franscesca Agostini, Nicola Nocchi

Sortie française le 17 juin 2015

CRITIQUE 

L’Éveil d’Edoardo, est le petit film qui survient peu avant l ‘été, que l’on attendait pas, mais face auquel on prend un réel plaisir. Il réussit à parler d’un sujet avec douceur à un âge charnière pour cet homme en devenir. Bien loin d’un « American Pie » auquel il a pu être comparé, par son idée de départ qui veut que le personnage principal se dépucèle dans un lapse de temps donné, à savoir ici la fin de l’été.

Edoardo1

Mis à part son ami fanfaron mais inexpérimenté, qui est d’ailleurs une des principales sources des situations cocasses, et un médecin qui le brusque à raison, Edoardo n’est entouré que de femmes. Bien loin des univers machistes dans lesquels prennent place en général les films traitant de ce sujet, à savoir les difficultés d’ordre sexuelles. Comment vit-on sa sexualité, encore bien mystérieuse lorsqu’un problème majeur vient à nous handicaper, physiquement mais aussi psychologiquement. Car ce problème ne permet pas à Edoardo d’avoir confiance en lui, et le met sur la défensive, alors que les femmes qui l’entourent ont une libido bien présente.

À commencer par sa petite sœur précoce, elle, obsédée par ses questions de sexualités et de séduction, et qui taquine son frère taiseux à ce sujet pour un garçon de son âge. Trop jeune pour ça, elle s’occupe du coup de la sexualité de son chien qu’elle veut à tout prix accoupler. Ironie qui semble créer un challenge autour de qui d’Edoardo ou du chien se reproduira en premier. Échec cuisant pour le chien, bien trop peu éveillé pour ça.
L’éveil est amorcé par sa voisine et amie Bianca qu’il aime. Son envie d’étudier à Paris la mettant sur le départ va accélérer ce processus, et l’emmener vers divers expériences avec une prostitué, et un poulpe, animal que vous ne verrez jamais plus comme avant à l’instar du personnage principal. Discret, son côté réservé plait à Elisabetta qui va lui permettre de se désentraver, se libérer.

On s’écrit des lettres, on va à la plage, nos parents se disputent, on expérimente. Pas de doute l’été est là, avec son lot de questionnements qui l’accompagne. Duccio Chiaccino pose sur ses personnages un regard bienveillant, et semble s’amuser à regarder d’en haut leurs préoccupations et atermoiements. La sincérité du propos livrée dans un récit en partie autobiographique émeut grâce à la justesse des interprètes, comédiens non professionnels pour la plupart, qui apportent franchise et naturel. Son œil filme avec pudeur et aisance les séquences intimes.

Edoardo2

Le sujet très sérieux raconté avec délicatesse, permet de mettre en image le passage de l’adolescence à l’âge adulte sur différents ordres de questions. Le film est prenant car intelligemment écris. Il met en scène des personnages simples mais parfois plus mature que les adultes qui gravitent autour d’eux, qui réfléchissent à leurs sentiments avant de les exprimer. Ce ton amer et doux très plaisant, colle parfaitement à l’univers du récit, qui offre une fraicheur bienvenue.

À lire : entretien avec Duccio Chiarini, réalisateur du film. 

TRAILER

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Lucas Guthmann

Laisser un commentaire