Fifty Shades of Grey (Cinquante Nuances de Grey) : Notre critique

371396

SYNOPSIS

“L’histoire d’une romance passionnelle, et sexuelle, entre un jeune homme riche amateur de femmes, et une étudiante vierge de 22 ans.”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisatrice : Sam Taylor-Wood
Scénario : Kelly Marcel
D’après Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades Of Grey) d’E. L. James
Directeur de la Photographie : Seamus McGarvey
Musique : Danny Elfman
Casting : Jamie Dornan, Dakota Johnson, Eloise Mumford, Luke Grimes

Sortie française : 11 février 2015

CRITIQUE

Vendu à plus de cent millions d’exemplaires dans le monde, le livre “Fifty Shades Of Grey” s’est avéré être un énorme succès et le début d’une nouvelle mode, le “mommy porn”. Il est adapté en film dans le but de se faire un maximum d’argent sur un matériel déjà assez critiqué. En rajoutant le caractère “osé” du film, le studio Universal était sûr d’empocher plein de billets verts.

Pari réussi ! A l’heure où nous écrivons cette critique, le film a déjà remporté 570 millions de dollars pour un budget de production d’à peine 40 millions. Succès critique donc, mais malheureusement, une énorme bouse de l’année 2015 pour nous.

290105

Inutile de passer trois heures à vous expliquer pourquoi Fifty Shades of Grey est nul (d’autres le font sûrement mieux que nous), mais revenons sur l’expérience de visionnage. Commencé à 23h un vendredi soir par ennui, le film a littéralement rendu malade notre co-fondatrice (on ne voit que ça comme explication) tandis que le co-fondateur criait à la TV face à la bêtise de ce récit et a attrapé mal à la gorge. Une mauvaise expérience pour nous deux donc

Le film s’avère avoir la subtilité d’un éléphant dans un magasin de porcelaine que ce soit au niveau des dialogues, de l’interprétation, des cadres de réalisation choisis et de l’histoire en elle-même.

Certes l’actrice Dakota Johnson jouant Anastasia est plutôt convaincante (passons outre le fait qu’elle est soi-disant vierge et étudiante), mais Jamie Dornan est bien loin de l’homme mystérieux et électrique que le livre pouvait promettre. En interrogeant nos connaissances qui ont aussi vu ce film (malheureusement), le constat est le même : “Christian, il est pas bien !”

214071

L’avantage du film est peut-être qu’il commence assez rapidement, la rencontre, la présentation de la chambre secrète pour finalement redevenir très chiant très vite. On suit donc l’évolution bureaucratique de la relation de Ana et Christian : lecture de contrat, négociation, etc. N’oublions pas le manque d’intérêt et de subtilité dans les personnages principaux qui ne sont que des clins d’oeils pour préparer la suite du récit.

Pour faire court, c’est chiant et la relation n’intéresse personne. Car si on regarde Fifty Shades of Grey, c’est bien évidemment pour le sexe. Interdit aux moins de 18 ans en Angleterre, et R-Rated aux Etats-Unis, on aurait pu penser que le film était plutôt “hot”. Encore une fois, la France n’est pas idiote en interdisant le film aux moins de 12 ans car Fifty Shades of Grey est tout simplement un mauvais film érotique de M6 où les parties de sexe sont même coupées.

281026

Ses scènes consistent à des parties de préliminaires, des scènes de “sado-masochisme” à base de coups de cravache au ralenti (…), des punitions horribles comme simplement six coups de fouets (on voit bien pire dans d’autres films ou séries). Bref, on en rigole plus qu’autre chose.

C’est toujours difficile de s’arrêter d’écrire quand on vient de regarder un film tellement nul qu’on a réellement envie de le descendre. Pourtant, il est grand temps d’arrêter de pourrir ce film qui ne le mérite pas tellement il est nul. Il vaut mieux soigner notre co-fondatrice et acheter du sirop pour la gorge pour Monsieur pour avoir trop gueulé.

Et surtout, tenter d’oublier que ce film existe et que d’autres seront produits…

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire