[L’Eveil d’Edoardo] Entretien avec Duccio Chiarini

DuccioChiarini1

À l’occasion de la sortie de son premier film, le touchant L’Éveil d’Edoardo, Duccio Chiarini revient sur la genèse du projet, sur sa façon d’aborder ce sujet délicat et ce qu’il a voulu y insuffler. Pour Cinécomça il revient sur son travail avec les comédiens, et parle de la difficulté de financer un premier film. Entretien avec un réalisateur plein de promesses.

Cinécomça : Félicitations pour vos deux prix remportés au Festival de Cabourg. J’ai été très touché par le film. Pour son sujet et la façon avec laquelle vous l’avez traité. C’était important pour vous de parler de problèmes sexuels à un âge si critique en évitant l’approche un peu phallocrate et cliché habituelle ?

Duccio Chiarini : Oui, l’idée du film était exactement celle-ci. Représenter à l’écran quelque chose que j’avais rarement vu, à savoir la fragilité masculine et plus précisément chez le jeune adulte, souvent représenté à travers des stéréotypes. Celui du jeune qui veut à tout pris perdre sa virginité, être populaire comme dans American Pie, ou juste montrer du sexe comme on le fait beaucoup de nos jours. Donc mon idée était de prendre ce sujet excentrique pour explorer quelque chose de plus grand. À savoir cette frontière lorsqu’on est adolescent où l’on souhaite faire partie pleinement de la vie et qu’en même temps cette vie nous fait peur. Prendre le sujet de la sexualité était parfait pour ça. Mais vous savez en fait je n’ai pas réfléchis comme ça. J’avais l’histoire, que j’ai écrite, et pendant que tu écris c’est là que tu commences à comprendre de quoi tu es en train de parler.

Oui le tout c’est de se lancer pour prendre du recul.

D.C. : Oui, parfois je fais cet exercice devant des tableaux. Et je me dis « Oh j’aime ce tableau », et puis je passe au suivant sans me poser réellement la question de pourquoi je l’apprécie. En explorant cette histoire je me suis rendu compte qu’il y avait en réalité plusieurs histoires superposées.

On a réussi à instaurer une confiance. Et je pense que même dans les scènes les plus controversées, ils savaient qu’elles n’étaient pas là par hasard, et arrivaient à les voir de l’intérieur.

Vos comédiens sont tous très bon. J’ai lu qu’ils étaient tous non-professionnels. Mais Matteo Creatini colle parfaitement à son personnage. Ressemble-t-il à Edoardo ? Dans le cas contraire comment avez vous travaillé avec lui pour qu’il comprenne si bien le personnage ? 

D.C. : Matteo a été initialement contacté pour le rôle d’Arturo. En vrai c’est un rappeur et il est totalement différent d’Edoardo. Mais quand j’ai vu son physique, son intelligence, son talent, et qu’on ne trouvait personne d’autre, je lui ai demandé de jouer Edoardo pour essayer. Il a été très très bon. Et pour Arturo, on a réouvert le casting deux semaines avant le début du tournage, et on a trouvé Nicola Nocchi assez rapidement.

Edoardo1

Edoardo est entouré de personnages féminins, dont celui de sa sœur qui est très drôle, passe son temps à canaliser ses frustrations sur la sexualité de son chien. Ça créé comme une sorte de compétition indirecte entre Edoardo et le chien. D’où vous vient cette idée ?

D.C. : Ma sœur avait cette obsession de faire s’accoupler le chien. Mais vous savez si je repense à mon adolescence, quand on a des problèmes et que même si les gens ne le savent pas ça donne la même sensation que lorsque ta langue ne peut pas s’empêcher d’aller toucher ta dent cassée. À cet âge, vivre ces problèmes m’ont vraiment rendu mal à l’aise par rapport au sexe, avec lequel tout le monde semblait à l’aise sauf moi. Et j’étais tellement effrayé par l’idée d’une opération que je laissé ce problème traîner. Et je voulais avoir l’air cool et décontracté, mais j’étais constamment tendu.

Vous posez un regard tendre sur vos personnages. Les scènes intimes entre Edoardo et les personnages féminins sont très belles. Pudiques mais sensuelles. Comment vous y êtes vous pris pour les filmer avec des comédiens si peu expérimentés ?

D.C. : Je pense que c’est un mélange de plusieurs ingrédients. Premièrement, ils sont très intelligents. Au début on a surtout cherché à se connaître, voir s’ils correspondaient à ce que je cherchais. Et ensuite quand on se connaissait un peu mieux ils ont commencé à jouer. Et j’ai su dés le début qu’ils comprenaient les personnages et ce que je voulais faire des scènes, et le ton du film. On a réussi à instaurer une confiance. Et je pense que même dans les scènes les plus controversées, ils savaient qu’elles n’étaient pas là par hasard, et arrivaient à les voir de l’intérieur.

Le film est entièrement biographique hormis le passage avec la pieuvre. C’est mon adolescence réinterprétée.

Il y a d’ailleurs une très bonne alchimie entre les acteurs. On sent un réel dynamisme dans le film. Quel atmosphère avez vous instauré sur le plateau ?

D.C. : C’était une ambiance familiale, les membres de l’équipe étaient très jeunes et vivaient pour la plupart leur première expérience de tournage. J’ai par ailleurs insisté pour que les interprètes d’Edoardo, Arturo et Bianca passent du temps ensemble avant le tournage. J’ai tout fait pour créer une relation vraiment amicale entre nous.

Au générique on voit que vous êtes 4 scénaristes, vous compris. Comment avez-vous travaillé ensemble ? Et dans quelle mesure le film emprunte-t-il à votre passé ?

D.C. : Le film est entièrement biographique hormis le passage avec la pieuvre. C’est mon adolescence réinterprétée. Je l’ai posé sur papier. Je l’ai ensuite montré à Otttavia qui m’a aidé sur le traitement avec Miroslav, puis je l’ai réécris. Ensuite je l’ai développé au Laboratory Worhshop de Venise (équivalent de la Cinefondation du Festival de Cannes – ndlr). On ne s’est jamais retrouvé tous les quatre autour d’une table pour écrire ensemble sur le film. C’était toujours un nouveau scénariste qui me rejoignait pour que l’on discute de certains points.

Edoardo3

On retrouve du Rohmer, Claude Sautet dans votre film. Vous ont-ils influencé pour L’Éveil d’Edoardo ?

D.C. : Clairement, ces deux réalisateurs sont les meilleurs. Sautet surtout… En fait non Rohmer aussi. Les deux ! Mais il y a aussi deux autres films qui m’ont inspiré, A Swedish Love Story de Roy Andersson et Un Amour de Jeunesse de Mia Hansen-Love. C’est une réalisatrice que j’aime beaucoup. Avez-vous vu Eden ? J’ai adoré. J’ai appris que les gens avaient été très partagé ici, et je ne comprends pas pourquoi. C’est comme un film de Sautet mais avec des gens pleins de remords, et qui pensent qu’ils ne sont pas heureux dans leur vie alors qu’ils n’ont que 30 ans ! Ils vivent trop vite. Tout explose quand ils ont 18 ans, et finissent brulés par cette frénésie.

Et d’autres réalisateurs actuels qui vous intéressent ?

D.C. : J’aime beaucoup le travail Alexander Payne. J’ai trouvé Sideways très puissant.

Et qu’est-ce qui vous a amené vers le cinéma ? J’ai lu que vous aviez étudié à la London Film School.

D.C. : J’ai commencé par étudier le droit, et je suis allé jusqu’au bout, j’ai eu mon diplôme. Mais je ne sais pas, j’avais cette envie de raconter des histoires, du coup je me suis lancé !

C’est dur de produire un film comme le votre aujourd’hui en Italie ?

D.C. : Oui c’est très dur. Dur de changer un système de financement qui s’est radicalisé dans les années 90 il me semble. Même si maintenant il y a beaucoup d’associations qui font un travail dans ce sens. Mais c’est très dur, beaucoup de projets ne se font pas. Du coup j’ai eu beaucoup de chance d’avoir eu cette aide à Venise. Pas uniquement l’aide financière mais aussi la visibilité d’une première projection au sein de la Mostra de Venise.

Mais je pense que cette difficulté là c’est un peu comme la sélection naturelle de Darwin qui t’oblige à faire des choix, si tu abandonnes ou si tu veux continuer et réussir à survivre dans ce système.

Edoardo2

Et parallèlement l’Italie était bien représenté à Cannes cette année avec la présence de Moretti, Garrone, Sorrentino en compétition officielle.

D.C. : Oui c’est vrai. Mais j’espère que dans les années à venir on verra quelque chose d’un peu différent dans le système de financement. J’espère que je me trompe, mais ces trois réalisateurs sont un peu comme la Juventus dans la Champion’s League. Tu penses que le football italien s’est renouvelé mais au final c’est toujours la Juv’ qui gagne.

C’est dur de produire un premier film et d’avoir une liberté totale d’expression. Mais je pense que cette difficulté là c’est un peu comme la sélection naturelle de Darwin qui t’oblige à faire des choix, si tu abandonnes ou si tu veux continuer et réussir à survivre dans ce système. Moi par exemple j’avais beaucoup de mal à faire mon premier film. J’ai du faire des choix, et j’ai décidé de raconter l’histoire de ma grand-mère (dans le film Hit the Road, Nonna  ndlr) qui était une émigrante italienne dans les années 30 en France. J’en ai fait un documentaire qui est allé à Venise. Il a gagné le Festival de Popoli. Du coup mon nom était plus connu, plus simple d’obtenir l’aide au Biennale College de Venise.

Et du coup comment vous réagissez à l’engouement autour de L’Éveil d’Edoardo en festival ? Qu’autant de gens soient touchés par un sujet aussi personnel.

D.C. : Je pense que c’est assez simple. Je suis parti du début, j’ai cherché. J’ai pris un matériel très personnel. J’ai tout posé sur la table, et je l’ai laissé refroidir en essayant d’obtenir quelque chose d’universelle, qui puisse parler à tout le monde.

Avec tout ce succès, ce prix à Cabourg, vous pensez déjà à la suite ?

D.C. : Oui je suis en train d’écrire mon nouveau film. C’est toujours sur les sentiments, une histoire d’amour, de fragilité masculine. Mais cette fois mon personnage principal aura 30 ans.

À lire : critique de L’Éveil d’Edoardo


Entretien réalisé et édité par Lucas Guthmann pour Cinécomça, le 16 juin 2015 à Paris.
Cinécomça remercie : Duccio Chiarini, Épicentre Films, Cartel et Anaïs Monnet

A propos de l'auteur Voir tous les articles

Lucas Guthmann

Laisser un commentaire