La Forêt des Songes (The Sea of Trees) : Notre critique

SYNOPSIS

“Dans la forêt d’Aokigahara, au pied du Mont Fuji, l’Américain Arthur Brennan est venu se suicider, comme beaucoup de personnes avant lui en ces lieux. Alors qu’il a trouvé l’endroit qui lui semble idéal, il aperçoit au loin un homme blessé et perdu.”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Gus Van Sant
Scénario : Chris Sparling
Directeur de la Photographie : Kasper Tuxen
Musique : Mason Bates
Casting : Matthew McConaughey, Ken Watanabe et Naomi Watts

Sortie française : 2016

CRITIQUE

Alors que le film a été hué en partie par la presse lors de sa présentation en sélection officielle à Cannes en 2015, nous avons été curieux de découvrir ce film afin de savoir si oui ou non, il était si mauvais que ça, sachant que le dernier film de Gus Van Sant Promised Land ne nous avait pas forcément plu.

Loin d’être extraordinaire, The Sea Of Trees n’est pas le mauvais film qu’on essaie de vous vendre. Certes, il possède d’énormes faiblesses de narration, mais le film s’avère être un voyage parlant de deuil, d’amour et de pardon sublimé par la photographie de Kasper Tuxen.

Arthur Brennan (interprété par l’impeccable Matthew McConaughey) a décidé d’en finir avec sa vie et part au Japon dans la forêt d’Aokigahara pour passer à l’acte. Une fois là-bas, il rencontre un homme Takumi Nakamura (par le très bon Ken Watanabe) qu’il devrait aider. Ces deux hommes vont donc parcourir un bout de chemin ensemble afin de pouvoir s’en sortir. Un chemin qui va les épuiser physiquement et mentalement. On s’aperçoit très vite que Takumi apparaît dans le récit pour aider Arthur.

On suit donc Arthur et Takumi alors qu’ils essaient de sortir de cette forêt car ce dernier a décidé qu’il voulait vivre. On retiendra un très beau moment où Takumi explique qu’il ne voulait pas vivre, mais pas mourir. Cela amène à la signification symbolique de la forêt : les limbes ou purgatoire. La forêt apparaît comme un endroit à la limite du surnaturel où les personnages doivent décider de leur futur : la mort ou la vie. Malheureusement, Van Sant ne met pas assez en avant cette dimension fantastique et cela cause des problèmes au niveau de la cohérence du récit. Aurait-il pousser un peu plus cette dimension, nous serions passés outre quelques grosses ficelles.

THE SEA OF TREES

Car oui, malheureusement, la narration de The Sea Of Trees s’avère extrêmement simple et sans surprise. D’une part les flashbacks avec Joan (jouée par Noami Watts) afin d’expliquer le pourquoi de sa venue et de sa psychologie. Et d’autre part par les ficelles scénaristiques tellement énormes que l’on ne peut pas les croire. (Attention, petits spoilers) Entre les chutes mortelles de Arthur, une cave qui se remplie d’eau inopinément ou des squelettes retrouvés avec un téléphone GPS, (fin des petits spoilers) il faut avouer que l’on reste dubitatifs face à la survie de nos deux protagonistes. En rajoutant un récit extrêmement linéaire et simple, on devine assez facilement les futurs événements du film.

Mais ce qui m’a gâché le film est la manière dont la fin a été traitée. Alors que le film avait l’occasion de finir avec une très belle scène, le choix a été fait de rallonger le récit pour clôturer “dignement” la vie de Arthur. Problème numéro 1 : la narration en voix-off qui vient gâcher le ton du film. Problème numéro 2 : des scènes trop longues qui n’apportent pas vraiment grand chose. Problème numéro 3 : on prend le public pour des idiots en leur expliquant tout. Un véritable gâchis qui aurait pu être évité.

Mais face à ceci, il faut avouer que le film possède beaucoup de petites qualités. Le duo Watanbe-McConaughey est vraiment sincère et rend très bien à l’écran. La forêt est sublimement capturée par Kasper Tuxen la rendant mystique, jouant énormément sur la lumière, les close-up de la nature, etc. Le récit reste une belle histoire sur l’histoire d’un homme qui essaie de se racheter. Et la musique, quoique trop présente, se fond parfaitement à cette ambiance.

Comme vous aurez compris, The Sea Of Trees possède beaucoup de grosses faiblesses mais celui-ci s’avère être un assez beau film sur la rédemption et une aventure humaine avec de très beaux passages et une photographie irréprochable.

BANDE-ANNONCE

Aucune bande-annonce du film est encore disponible, seulement cet extrait.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire