Apocalypse Nanar #1 – 2019 Après la Chute de New York

jaquette

 

SYNOPSIS

« Dans un monde dévasté par la guerre atomique, un aventurier, dit Parsifal, part à la recherche de la seule femme féconde de la Terre. »
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Sergio Martino
Scénario : Ernesto Gastaldi, Sergio Martino et Gabriel Rossini
Casting : Michael Sopkiw, Valentine Monnier, Luigi Montefiori

Sortie française : 11 Janvier 1984

LA CHRONIQUE

Apocalypse Nanar, ou votre nouveau rendez-vous avec le cinéma. Ce cinéma si particulier qu’est le nanar. Et quoi de mieux pour une première que de commencer par un « chef d’oeuvre » du genre ? 2019 Après la Chute de New York, un pur nanar des années 80 réalisé par Sergio Martino, star du cinéma bis italien qui raconte l’histoire d’un New York (Enfin, d’une maquette de New york) post-apocalyptique où le seul espoir de l’humanité réside dans une femme féconde qui pourrait remettre l’humanité sur les rails. D’après le président des Etats-Unis himself, elle pourrait mettre au monde 500 enfants ! Oui, 500. Ca ne rigole pas le futur. Et pour aller chercher cette mère pondeuse qui c’est qu’on appelle ? Non pas SOS fantômes, mais Parsifal (Qui n’a rien de Gallois) ! Imaginez donc un mix de Mad Max et de New york 1997 et vous aurez déjà une bonne idée de la chose.

2019-apres-la-chute-de-new-york-g

Bon, déjà avec un personnage principal qui s’appelle Parsifal, on est déjà dans les hautes sphères du bon goût ! (Ouais, c’est pas faux.) Cet ersatz de Mel Gibson (enfin y a des copains qui disent qu’il ressemble plus à Mel qu’à Gibson) au charisme si impressionnant que même ses adversaires en sont éblouis et en tombent tout seuls dans le ravin suite à une scène de baston à la chorégraphie sautillante, aux galipettes aussi ridicules qu’inutiles (une sorte de Beowulf quoi, Christophe Lambert est une source d’inspiration, hin hin hin!) avec l’aide insoupçonnable d’un trampoline.  Et puis que serait un bon film de science-fiction sans un nain au doux prénom de « Kirk » (prononcez à la Française), philosophe à ses heures perdues. Mais le clou du spectacle, que dis-je, la cerise sur le gâteau de la classe,  il y a Georges Eastman, alias Big Ape dans le film. Acteur familier de la série B italienne dans les années 80, il joue ici un homme mi-singe, mi-homme et re mi-singe derrière, avec un maquillage improbable ainsi qu’un jeu d’acteur digne des plus grands ! Du moins des plus grands acteurs ayant joué un Homme Singe… Tout ce casting est un joyeux bordel en totale roue libre, mais tellement involontairement drôle. Et je ne vous parle même pas du mec aux pinces à la place d’une main et de son acolyte borgne avec comme guise d’arme: 3 boules au bout d’un fil. Autant dire que les adversaires ont carrément les boules en le voyant.

En tout cas, pour faire un bon nanar, il faut aussi des dialogues. Des dialogues d’une platitude tellement extrême et parfois sans queue ni tête que ça en devient vraiment très fendard. A l’image des envolées philosophiques dignes du plus torchés des piliers de bar, tête collée sur la table, le filet de bave au coin des lèvres. Ou ce fabuleux passage où l’un des personnage, blessé, ralentissant la fuite de ses compagnons lâche un héroïque : « Partez sans moi ! ». Alors que ses potes lui répondent tout simplement: … Bah rien en fait, ils se barrent dans la seconde. Ah l’amitié dans le futur, c’est beau à voir! Ou encore cette phrase très « Ouatte ze feuk » où un personnage au seuil de la mort sort un très philosophique  : « La vie c’est l’amour… L’univers est très grand… ». Tout ça porté par une VF tout aussi fabuleuse qu’hilarante. 2019 est un vrai bonheur pour les yeux et les oreilles.

Et tant que je suis dans le sonore, il est impossible de ne pas parler de ses musiques sans doute tout droit sorties d’un clavier Bontampi (Je vois bien les producteurs fauchés : « Mince, on a pas assez de sous pour se payer un vrai clavier! Bon… Tant pis. »). Mais bon, tout le monde n’est pas John Carpenter. Clavier qui a dû aussi se servir de base pour les effets sonores des armes, vaisseaux et autres tableaux avec pleins de lumières dessus qui font « bip! bip! bip! bipbipbibip! bip! bip! bip! ». A noter aussi la présence d’un saxophoniste au début du film. Toute ressemblance avec un certain Max et un dôme du tonnerre n’est que fortuite.

yMFm37QYK5o3maFQ0H0887EXalS

Le film se finit par une image fixe sur le regard de la fameuse femme féconde, pendant bien 2 minutes sans aucun générique, juste une musique, jusqu’à ce qu’un gros « FIN » apparaisse à l’écran pour clore ce suspense insoutenable. Heureusement qu’il est arrivé, sans se presser, sinon je serais encore dans la salle à l’heure qu’il est. Je n’avais encore jamais vu ça, je pourrais le raconter à mes enfants ! Quoique, non je vais pas en faire… En 2019 il fait pas trop bon de vivre sur terre. (Bon honnêtement, quand je l’ai vu au ciné, il n’y avait aucun générique, mais il est bien présent… normalement. La salle n’avait peut être pas les moyens financiers de se payer la copie avec générique… Je ne vois pas d’autre explication.)

Bref, 2019 Après la Chute de New York est un nanar tout ce qu’il y’a de plus fauché, de plus jouissif et fendard si on se laisse prendre au jeu. Sinon effectivement, il se peut que vous passiez un long, très long moment sur votre siège à vous demandez ce que vous faites là. Sur ce, à bientôt pour de nouvelles aventures « nanardesques » et n’hésitez pas à donner vos avis sur cette nouvelle rubrique. Vous plaît-elle ? Est-ce drôle ? Pertinent ? Quel temps fera t-il demain ? Est-ce que j’ai bien fermé la porte en sortant ? Autant de réponses qui me permettront d’améliorer tout ça.

« Puisse le nanar vous être favorable ! » Oui, ça ne veux absolument rien dire, mais je trouve que ça finit bien cette chronique.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles

TheRealGeekbusters

Passionné de Cinéma et de séries aussi parfois. Ce que j'écris n'engage que moi.

Laisser un commentaire