Lost River : Critique

Ryan gosling, réalisateur, lost river, premier, film, 2015, étrange, macabre, photographie, affiche

SYNOPSIS

Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

LE FILM

Réalisation : Ryan Gosling
Scénario : Ryan Gosling
Photographie : Benoît Debie
Casting :  Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain De Caestecker, Matt Smith

Sortie française le 8 avril 2015

CRITIQUE

Nous vous invitons à découvrir la critique de Thomas Gaucher,
un blogueur de Le Bleu Du Miroir que nous avons recruté pour cette occasion.
Son Twitter

Ryan Gosling n’est plus à présenter. Acteur talentueux ayant joué pour certains des meilleurs réalisateurs contemporains, il a su faire son nid au sein du cinéma d’auteur comme des films grand public. Fort de ses expériences aux côtés de Derek Cianfrance ou Nicolas Winding Rfn et inspiré par les films de David Lynch, Stanley Kubrick et Brian De Palma, il passe derrière la caméra pour Lost River.

Ryan gosling, réalisateur, lost river, premier, film, 2015, étrange, macabre, photographie

Une chose est sure, Lost River est une œuvre unique qui déroutera les moins avertis. Loin de l’image lisse du cinéma hollywoodien, cette première réalisation met en scène un conte cauchemardesque dont l’esthétique est à mi-chemin entre le sublime et l’horrifique.
Tourné au sein de Détroit, la ville fictive Lost River s’étiole dans sa fragilité, laissée à l’abandon par ses habitants dont la crise a coupé court à toute activité. Sublimée par une photographie à l’esthétique parfaite (Benoit Debie à la barre), l’atmosphère onirique porte les personnages jusqu’aux profondeurs les plus sombres.

Ryan gosling, réalisateur, lost river, premier, film, 2015, étrange, macabre, photographie

L’histoire tourne autour d’une mère célibataire, démunie face à ses problèmes financiers et de son fils aîné menacé par un voyou psychopathe. Deux personnages forts pour deux environnements différents d’une même ville. Interprétée par une Christina Hendricks sublime, tant par son jeu que par sa beauté, elle incarne la pureté désespérée, et plonge de plus en plus dans l’univers macabre et malsain de ce cabaret morbide aux sous-sols aseptisés et dérangeants.
En parallèle, Bones (interprété par Ian De Caestecker) cherche à fuir la réalité avec sa voisine Rat (Saoirse  Ronan), s’inventant une malédiction causée par le lac et tente d’échapper au personnage de Bully (parfaitement interprété par Matt Smith), psychopathe dérangé dont la présence plane telle une menace omniprésente déambulant dans les méandres urbains et broussailleux de cette ville décadente.

Ryan gosling, réalisateur, lost river, premier, film, 2015, étrange, macabre, photographie, affiche

Envoutant et terrifiant, Lost River est un conte horrifique qui, malgré un début laborieux, marque les débuts réussis de Ryan Gosling à la réalisation. Un casting sans faute pour un film fort et unique.

7/10

BANDE ANNONCE

            

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire