Two Friends : Les apparences sont parfois trompeuses

Two Friends : Les apparences sont parfois trompeuses, To Venner, Danemark, Animation, Adulte, Enfant, Homme, dystopie, apocalyptique, orphelin, femme, fille, court métrage

SYNOPSIS

« Dans un monde post apocalyptique où femmes et enfants sont tous morts, les hommes sont devenus sauvages à la recherche désespérée d’une femme. Deux orphelins Jonas et Albert survivent comme ils peuvent en leur échappant. Albert croit en la légende qu’une fille viendra les sauver. »

COURT MÉTRAGE

Titre original : To Venner
Réalisation : Paw Charlie Ravn
Production : Jacob Jarek

Two Friends : Les apparences sont parfois trompeuses, To Venner, Danemark, Animation, Adulte, Enfant, Homme, dystopie, apocalyptique, orphelin, femme, fille, court métrage

Two Friends est un court métrage réalisé par des étudiants de The National Film School au Danemark. Aucune synopsis ne s’affichant sur Vimeo, nous avons regardé ce court-métrage complètement à l’aveuglette. Dès les premières images nous voyons que ce n’est pas une histoire très drôle qui y est raconté et nous accrochons moyennement au style de l’animation. Mais au final nous nous sommes fait happer par l’histoire. C’est un court-métrage un peu glauque surtout lorsqu’on voit comment les hommes y sont dépeints, ceux-ci sont écœurants à voir, mais on a étrangement envie de savoir où les créateurs veulent nous emmener.

Ce qui est intéressant avec un court métrage comme celui-ci que l’on découvre une facette de l’animation que l’on retrouve très très peu dans des long métrages. L’animation que nous pouvons découvrir dans les salles de cinéma est encore très souvent dirigée vers un public jeune, or  ici c’est quelque chose qui va complètement à l’opposé : Two Friends est bien évidemment dirigé à une audience adultes.

Ce n’est pas nécessairement le style que nous apprécions le plus, mais il a quelque chose d’intéressant à voir. C’est un court métrage qui mérite ses prix à différents festivals (Gagnant au Danish Academy Award pour meilleur court-métrage en 2011, prix étudiant au Hampton International Film Festival, prix du talent au Odense Film Festival).

Remarque :  À 00:10 nous voyons une silhouette de femme qui rappelle la silhouette de la statue L’été sans bras de Aristide Maillol. La silhouette ne correspond pas tout à fait (silhouette inversée) mais nous avons trouvé cette allusion à la femme intéressante.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire