Still Alice : Critique

588763SYNOPSIS

« Mariée, heureuse et mère de trois grands enfants, Alice Howland est un professeur de linguistique renommé. Mais lorsqu’elle commence à oublier ses mots et qu’on lui diagnostique les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, les liens entre Alice et sa famille sont mis à rude épreuve. Effrayant, bouleversant, son combat pour rester elle-même est une magnifique source d’inspiration. »
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Wash Westmoreland et Richard Glatzer
Scénario : Wash Westmoreland et Richard Glatzer
D’après le livre « Still Alice » de Lisa Genova
Casting : Julianne Moore, Alec Baldwin, Kristen Stewart, Kate Bosworth, Hunter Parrish

Sortie française : 18 mars 2015

CRITIQUE

Cette critique a été rédigé par Thomas G. que vous pouvez retrouver sur Twitter

La maladie d’Alzheimer est sûrement une des maladies des plus terrifiantes qui soient. C’est la perte de soi, de son intellect, de ses souvenirs pour finalement devenir un fantôme. C’est une bien triste maladie qui au cinéma n’est souvent que prétexte aux rebondissements ou clichés et n’a que très rarement l’occasion d’être le centre même de l’intrigue. Avec Still Alice, Alzheimer est le point central de l’histoire, déroulant sous nos yeux le dramatique destin de cette femme. Nous étions donc en droit d’attendre de ce film un drame poignant et intimiste flirtant légèrement avec nos émotions larmoyantes. Malheureusement, l’incompétence de la direction en a décidé autrement.

561273

Still Alice avait tout pour être un très beau film, mais la réalisation laisse réellement à désirer. Il est ironique de constater qu’un travail à quatre mains ne fait pas forcément une bonne patte artistique. Mis à part certains passages jouant sur la mise au point de l’environnement, tout est plat ou faussement calculé. Richard Glatzer et Wash Westmoreland manquent d’initiatives et cela se ressent tout du long. Les acteurs sont en roue libre et tentent autant que possible de paraître juste et de faire transparaître les vrais sentiments des personnages. Mais leurs intentions sont souvent mal amenées et nous portent souvent à croire l’inverse de leurs intentions. Dommage, car Alec Baldwin et Kristen Stewart ne sont pas mauvais, mais l’écriture les enfonce droit dans les stéréotypes du mari qui s’enferme dans son travail au détriment de sa femme et de la fille artiste rebelle qui s’éloigne de sa mère malade. Tout cela fausse l’intérêt de l’histoire et la bande originale, composée d’une unique musique languissante qui couvre la quasi-totalité du long métrage, n’a même pas la fonctionnalité de cache misère.

243500

Heureusement, tout n’est pas catastrophique. Julianne Moore, atout du film, rayonne de la première à la dernière image et porte le film sur ses épaules. Elle incarne parfaitement cette linguiste, mère de famille, atteinte d’un Alzheimer précoce. Toujours juste, elle ne frise jamais le ridicule et se dégrade à l’écran avec un tel naturel que cela nous brise le cœur. Une chose est sûre, il était temps que l’académie reconnaisse son talent et lui offre enfin cet oscar tant mérité.

Au final, Still Alice a le mérite de ne jamais tomber dans le pathos larmoyant, mais ne transcende jamais par sa justesse, au contraire de son actrice principale qui, elle, sublime l’écran. Dommage.

3/10

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

2 commentairesLaissez un commentaire

  • Je crois qu’on n’a pas vu le même film. La fille ne s’éloigne pas pour la maladie bien au contraire. Elles étaient distantes et la maladie les rapproche. La fin avec ce poème dicté par Stewart est énorme.

  • Heureusement que la fin du film est là pour nous éclairer. Les dernières scènes avec Baldwin et Stewart sont justement les seules à apporter les vraies réponses sur ce qu’ils ressentent et c’est ça qui est dommage.

Laisser un commentaire