Mission Impossible 2 : Notre critique

19106209

SYNOPSIS

« Votre mission, monsieur Hunt, si vous décidez de l’accepter, sera de récupérer un virus génétiquement modifié, baptisé Chimera. Sean Ambrose, qui fut votre élève avant de devenir votre ennemi juré, s’est emparé de l’antidote et se terre dans un laboratoire secret de Sydney. Son ex-maitresse, Nyah Hall, pourrait s’avérer utile dans vos tentatives d’infiltration de ce QG hautement protégé »
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisation : John Woo
Scénario : Robert Towne, Ronald D. Moore et Brannon Braga
Casting : Tom Cruise, Dougray Scott, Thandie Newton, Ving Rhames, Richard Roxburgh, Roland Krönmeyer, John Polson, Brendan Gleeson

Sortie française : 26 juillet 2000

CRITIQUE

Notre critique du premier Mission Impossible

Quatre ans après la sortie du premier opus, Ethan Hunt revient pour une nouvelle mission impossible : réussir une suite. Exit Brian DePalma, c’est le réalisateur Hong-Kongais John Woo qui s’attelle à la tâche. Une mission réussie ?

Mission Impossible II est l’OVNI de la franchise, réussissant à nous rendre indécis. Le film possède de très grosses faiblesses qui le rendent très ennuyant, mais les scènes d’actions étant impeccables, il est difficile de dire que le film est complètement raté.

049359_ph2

Le gros problème de ce second opus est bien évidemment le début du changement de ton de la franchise. Face à un thriller noir d’espionnage, on se retrouve ici dans un récit beaucoup plus léger, surtout à travers la relation amoureuse qui se crée entre Ethan Hunt et Nyah Nordoff-Hall et le fait qu’on se retrouve face à une action seulement centré sur notre espion. En rendant le personnage de Ethan Hunt amoureux, on le rend plus humain, certes, mais on enlève son côté très froid et professionnel et on ajoute par la même occasion un certains nombre de scènes assez cul-cul et ennuyeuses. On s’éloigne du coup d’une mission d’espionnage, étant elle-même reléguée au deuxième plan.

Contrairement au premier film où chacun avait sa mission et ses qualités dans l’infiltration, il s’avère que ce deuxième Mission Impossible se centre uniquement sur Ethan Hunt, relayant les personnages secondaires à de vulgaires mannequins. Cela se ressent simplement par la réintroduction exagérée (mais magnifique et impressionnante) de Ethan Hunt. Luther ne servira encore que de ressort comique et de tête familière tandis que l’autre espion passe inaperçu et n’amène rien.

049359_ph5

Après les critiques du scénario compliqué pour le premier film, les producteurs ont fait les choses plus simplement (et légèrement) ce qui empêche de réellement apprécier l’intrigue. C’est fouillis, un peu vide (avec une réplique emblématique “It’s that simple”. Oui, c’est aussi simple que ça), on ressent clairement le manque d’approfondissement. C’est prouvé par un vilain qui se retrouve être tellement caricatural que l’on ne sait même pas les tenants de ses actions.

Mais de l’autre côté, il est indéniable que les scènes d’actions de ce second opus sont réussites. On reprend le même plan que le premier en offrant au spectateur un dernier tiers bourré d’action à travers trois séquences : évasion de l’île, course poursuite et le dernier combat. La course poursuite en moto est extrêmement impressionnante par sa mise en scène qui est très fluide et le combat final est doté d’une très belle chorégraphie, assez asiatique dans sa mise en scène : c’est fluide, léger, on essaie de rendre le combat beau et pas seulement dur. Mais plus que cela, ce deuxième opus est rempli de money shot un peu partout et il faut avouer qu’on les garde en tête.

049359_ph6

Certes, Mission Impossible II n’est pas réussi. Son intrigue est ennuyante, les personnages inexistants, le changement de ton trop important, mais il n’empêche que le film se démène pour offrir des scènes d’actions qui restent cultes encore jusqu’à maintenant.

Notre critique du troisième Mission Impossible

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

3 commentairesLaissez un commentaire

Laisser un commentaire