L’e-cinema est-il le renouveau de la VOD ?

C’est lors du Festival de Cannes 2014 que WildBunch s’était essayé à l’e-distribution. Une nouvelle manière de distribuer des films dans un marché en salles saturé. En distribuant « Welcome To New-York » sur les plateformes de VOD françaises, l’entreprise avait réussi un joli marketing. Le film avait été téléchargé légalement plus de 200 000 fois et annonçait un nouveau mode de distribution.

enquete

WildBunch a donc décidé de réitérer l’expérience en proposant une nouvelle manière assez originale de distribuer son catalogue avec « Les Enquêtes du Département V ». Adapté des livres de Jussi Adler-Olsen, le premier opus appelé « Miséricorde » sera disponible sur les plateformes de VOD françaises (Google Play, iTunes, FilmoTV, etc) à partir du 27 mars tandis que le deuxième volet « Profanation » sera disponible en salles françaises dès le 8 avril. Un mode de distribution assez risqué. En effet, il faut réussir à créer de l’engagement sur ces deux films atypiques, réussir à ce que le grand public achète le premier pour les insiter à ensuite découvrir le deuxième opus en salles.

Mais l’entreprise française ne s’arrête pas là. Elle a en effet annoncé son planning de sorties « e-cinéma » pour l’année 2014 avec cinq sorties prévues :

  • What We Do In The Shadows, de Taika Waititi & Jemaine Clement (adapt. française Bruno & Nico) / été 2015
  • 99 Homes, de Ramin Bahrani / septembre 2015
  • Un Incroyable Talent (One Chance), de David Frankel / automne 2015
  • Green Inferno, de Eli Roth / 4e trimestre 2015
  • Sinister 2, de Cirian Foy / 4e trimestre 2015 / qui ouvrira une série de films produits par le célèbre producteur américain Jason Blum, dont Incarnate, réalisé par Brad Peyton, qui devrait suivre début 2016.

Mais alors, quelle est la différence entre une simple sortie « Direct To VOD » et « e-cinema »?

Voilà ce que l’éditeur de DVD WildSide (appartenant à WildBunch) nous répond :

 

 

Mais à y regarder de plus près, ces sorties « e-cinema » ne sont pas plus que de simples sorties en VOD de films. Rien de plus. Et c’est là où la stratégie de communication de WildBunch est intelligente. Comment essayer de redonner un peu d’élan à une pratique qui consiste à sortir des films pas géniaux directement en DVD ou VOD, une pratique connue qui consiste à faire les fonds de catalogue ?

WildBunch essaie ainsi de redonner ces lettres de noblesses à une pratique mal vue par le public français et qui pourtant, commence à prendre de l’ampleur internationalement. De nombreux films indépendants sortent directement en VOD sans passer par la case cinéma sans que cela ne nuise à leur réputation. Un développement des sorties « day & date » (sortie simultanée en salles et en VOD) qui se multiplient. Car oui, le public change. Le public ne veut plus forcément des films au cinéma et préfère les regarder dans son canapé.

On souligne cette initiative, on peut même dire qu’on la soutient. Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de se dire que même avec ce genre de propositions, la distribution a toujours un train de retard contre son pire ennemi : le piratage. Un rapide coup d’œil suffit de voir que « What We Do In The Shadows », « 99 Homes » ou encore « One Chance » sont déjà disponibles sur Internet. Si le but de ce programme « e-cinema » est « d’offrir à de vrais films de cinéma un modèle de distribution alternatif, avec l’objectif d’en faire de véritables événements et de les amener au plus large public possible », ne serait-il pas intéressant de les proposer le plus rapidement possible à son public.

Pour prendre exemple, « What We Do In The Shadows », petit film néo-zéolandais de Taika Waititi & Jemaine Clement intéressera pas forcément beaucoup le grand public. Or, les fans de « Flight Of The Conchords » ou « Eagle vs Shark » (dont nous faisons partie) qui sont la cible principale du film ont sûrement déjà téléchargés le film pour le regarder. L’initiative est réellement intéressante si elle propose de sortir des films dans un créneau serré après la sortie en salles dans d’autres pays et de ne pas simplement offrir un film en VOD des mois après sa disponibilité pirate. Pourquoi ne pas faire comme Netflix qui a proposé deux films en exclusivité sur son service quelques jours après leurs sorties en salles aux Etats-Unis et avant que ceux-ci soient disponibles sur Internet. Heureusement, selon Deadline, WildBunch a annoncé qu’il serait prêt à proposer leurs films « e-cinema » sur le service de sVOD.

L’objectif final est donc de rebooster un marché VOD en proposant une campagne de communication beaucoup plus importante qu’on accorderait à un simple DTV de mauvaise qualité. Il faudra réussir à nous convaincre de l’exclusivité de cette offre en proposant par la suite des films disponibles dans un créneau rapide après la sortie en salles à l’étranger et un tarif attractif afin de le proposer à un grand nombre.

Un petit virage dans la distribution VOD que nous allons suivre attentivement.

                        

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

3 commentairesLaissez un commentaire

Laisser un commentaire