The Imitation Game : Notre critique

573252

SYNOPSIS

“1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.”
(Source : Allociné)

LE FILM

Réalisateur : Morten Tyldum
Scénario : Graham Moore
Décors : Nick Dent
Costumes : Sammy Sheldon
Casting : Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Mark Strong, Matthew Goode, Charles Dance

Sortie française : 28 Janvier 2015

CRITIQUE

Auréolé d’un succès public et critique, en lice pour les Oscars 2015 dans plus de 5 catégories (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, etc) et un film indépendant des plus rentable de l’année 2014 (126 millions de dollars récoltés dans le monde pour l’instant pour un budget de seulement 14 millions), The Imitation Game est sûrement le film que tout le monde adore en ce moment. Pourtant, est-il vraiment si bon que ça ?

“Meh”. Voilà le sentiment général lorsque l’on sort de ce film. Non pas que le film est mauvais, loin de là. Mais il est loin d’être le meilleur film de 2014 (ou 2015 vu la sortie française tardive). Malheureusement, Imitation Game s’avère être un biopic exécuté de manière bien simple et qui ne promet pas la charge émotionnelle promise.

_DSF0400.RAF

Comme souvent dans ce genre de film, on se retrouve face à plusieurs storylines qui permettent de mettre en exergue une grande partie du film : Alan Turing qui essaie de décrypter le code de la machine Enigma des allemands. Face à cette storyline la plus importante, on a bien évidemment celle de la jeunesse, de son adolescence qui permet de faire le lien avec son comportement présent et enfin, la période post-guerre et son arrestation qui permet de faire le lien avec ce qu’il a accompli et ce qu’il est devenu.

L’interprétation de Benedict Cumberbatch (que l’on voit partout dorénavant) est tout à fait excellente et il interprète avec justesse ce personnage torturé entre son secret caché (son homosexualité) et ses interactions avec les autres personnages. Et cela permet de voir de très beaux moments lors du film. Une très belle performance.

Malheureusement, le film n’arrive jamais vraiment à un climax important, une révélation étonnante ou quoi que ce soit qui puisse donner un élément émotionnel important. Et c’est peut-être ce que l’on regrette le plus, de ne pas ressentir tout ce que Turing ressentait lors de ses moments. On se retrouve donc en retrait du récit et seulement la fin nous permet de nous attacher au destin malheureux de ce génie. C’est aussi du fait que comme souvent, il est difficile de pouvoir choisir entre les sentiments et le récit. De cette manière, The Imitation Game navigue entre les sentiments de Alan Turing et l’histoire, c’est-à-dire de décrypter Enigma.

_TIG2664.NEF

Dans notre cas, nous aurions voulu en savoir beaucoup plus sur ce décryptage. Mais, le film ne répond pas à ces questions (et ce n’est peut-être pas son rôle) et laisse un arrière goût d’inachevé. Pire encore, The Imitation Game arrive à vulgariser la création de la machine en rendant la chose très simple, ce qui ne devait sûrement pas l’être (rappelons que Alan Turing a posé les fondations de “l’informatique”). Dommage.

On ne peut que s’offusquer de voir Morten Tyldum, qui réalise son premier film en anglais ici, nominé pour meilleur réalisateur aux Oscars 2015. Non pas que sa réalisation soit mauvaise, loin de là. Il délivre ici une mise en scène classique en terme de plans et de montage, mais celle-ci s’avère être efficace pour le sujet donné. Mais de là à le nominer pour cela… On sent bien que le film est soutenu par Harvey Weistein pour avoir eu cette nomination.

030451

Pour finir, il nous semble intéressant de rappeler que les films ne portent pas toujours la vérité en eux et qu’il faut faire attention. On pourrait penser que ce biopic amène des éléments formels et vérifiés vis-à-vis du travail de Alan Turing et de ses collègues, ainsi que de sa vie personnelle. Mais en naviguant sur Internet, on se rend compte que de nombreux faits sont modifiés pour convenir au récit. Attention, donc.

Comme vous avez pu le comprendre, The Imitation Game n’est pas un mauvais film, loin de là, mais l’histoire qui se trouve dans un entre deux, le manque de charge émotionnelle et la mise en scène classique font de ce biopic d’Alan Turing un simple film agréable à regarder. Rien de plus.

BANDE-ANNONCE

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire