Fury : Notre critique

411457

SYNOPSIS :

“Avril 1945, alors que la Seconde Guerre mondiale touche à sa fin, le sergent Don « Wardaddy » Collier commande un char M4 Sherman et son équipage de 5 soldats pour une mission suicide derrière les lignes ennemies.”
(Source : Wikipédia)

LE FILM

Réalisation : David Ayer
Scénario : David Ayer
Photographie : Roman Vasyanov
Musique : Steven Price
Casting : Brad Pitt, Shia LaBeouf, Scott Eastwood, Logan Lerman et Jon Bernthal

Sortie française : 22 octobre 2014

CRITIQUE

Après l’excellent “End Of Watch” et le soi-disant médiocre “Sabotage” (que nous n’avons pas vu), David Ayer revient au combat pour filmer non plus des policiers de Los Angeles ou des agents de DEA, mais des soldats américains lors de la 2nde guerre mondiale. Est-ce une réussite ?

Fury est définitivement un des films de guerre les plus réussi depuis ces derniers années. Un film viscéral, dur et très bien filmé représentant le quotidien de ces 5 soldats américains voulant survivre.
Fury est définitivement une très bonne surprise pour nous, car nous ne nous attendions pas à un film aussi violent. La guerre n’est pas édulcorée et est très bien représentée. Beaucoup de sang, d’hommes mutilés, de tristesse et de malheur. Certaines images ne vous laisseront pas de marbre et le film nous rappelle l’horreur de la guerre.

Brad Pitt;Shia LaBeouf;Logan Lerman;Michael Pena;Jon Bernthal

Mais c’est surtout principalement l’histoire autour de nos cinq soldats qui va nous intéresser. Toute la vie s’articule autour du tank dans lequel ils vivent et combattent, jour et nuit. La gestion de l’espace est extrêmement bien gérée dans Fury car ce tank se représente de deux manières : parfois très étroit, où l’on se retrouve dans une endroit limite claustrophobique, et parfois libérateur où une réelle camaraderie se crée.

Et cette réelle camaraderie se créeé aussi en dehors du tank. C où ces hommes essayent de revenir tant bien que mal dans la civilisation. Mais ce retour à la civilisation n’est jamais très facile pour des hommes sur quidont la guerre laisse des séquelles incommensurables. Et c’est l’avantage du film, de représenter la guerre de ces deux côtés : sur le terrain et en dehors.

Mais si Fury s’intéresse aux hommes derrière le tank, il ne faut pas oublier que les scènes de guerres sont absolument sublimes. Contrairement à ce qu’on a l’habitude de voir, les batailles sont beaucoup plus lentes mais celles-ci ont une tension énorme. Énorme, car c’est un jeu de patience et de précision que de détruire un tank ennemi qui est beaucoup plus puissant.

027659

Sans parler de la dernière partie du film, celle-ci est encore plus réussie que le reste du film. N où nos cinq soldats se lancent dans un combat perdu d’avance avec une rage et une fureur jamais vu. Cette fureur est mutuelle car les allemands ont une soif de vaincre absolument incroyable alors que la guerre est perdue pour eux. Un combat d’une vingtaine de minutes qui vous laissera bouche bée et qui vous hantera encore lors de la fin du film.

Fury est donc une très bonne surprise, cela faisait longtemps que nous n’avions pas vu un film sur la guerre aussi bien réussie. David Ayer réussit à nous montrer l’effroi de la guerre avec brio, mais aussi à s’intéresser à la psychologie de ses personnages et les conséquences de la guerre sur eux. Une réussite !

TRAILER

                  

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire