Horns : Critique

Horns, cornes, critique, film, alexandre aja, daniel radcliffe, vengeance, Etats-Unis, Thriller, Epouvante, Drame, Romance

SYNOPSIS

Soupçonné d’avoir assassiné sa fiancée, rejeté par tous ceux qu’il connaît, Ignatius a sombré dans le désespoir. Un matin, il se réveille avec une paire de cornes sur la tête. Celles-ci lui donnent un étrange pouvoir, celui de faire avouer leurs plus noirs secrets aux gens qu’il croise. Ignatius se lance alors à la recherche du véritable meurtrier…

LE FILM

Réalisation : Alexandre Aja
Scénario : Keith Bunin, adapté du roman Cornes (2010) de Joe Hill
Casting : Daniel Radcliffe, Juno Temple, James Remar, Kelli Garner, Joe Anderson, Max Minghella

Sortie française : 1 octobre 2014

CRITIQUE

Nous vous invitons à découvrir la critique de Thomas Gaucher,
un guest-bloggeur que nous avons recruté pour cette occasion.
Son Twitter

Nouveau film du réalisateur français Alexandre Aja, Horns est l’adaptation du livre éponyme de Joe Hill. Il est toujours difficile de porter en deux heures une œuvre littéraire à l’écran sans se retrouver accablé par les critiques des fans aux attentes bien trop exigeantes. Pourtant, il arrive que l’on sente l’amour du réalisateur pour le roman, transposant à l’écran sa vision de l’histoire tel qu’il était réellement possible de le faire. Sans avoir lu le livre, on peut aisément ressentir cela dans Horns.

Horns, cornes, critique, film, alexandre aja, daniel radcliffe, vengeance, Etats-Unis, Thriller, Epouvante, Drame, Romance

Loin d’être dénué de défauts, le film nous porte dans cet univers rock et décomplexé, où l’humour noir et piquant côtoient thriller et fantastique-horrifique. Véritable personnage romantique (au sens littéraire du terme), Ignatius nous entraine dans sa quête vengeresque, mettant à nu l’atrocité du monde qui l’entoure. L’intrigue, empreinte d’une ambigüité démonique, nous captive malgré des révélations plus que convenues, rythmée par la musique envoutante de Robin Coudert mais aussi par les tubes jouissifs de David Bowie et des Pixies. On regrettera malgré tout les 5 dernières minutes qui, à mes yeux, dénotent totalement avec l’atmosphère du long métrage. Dommage.

Côté casting, Daniel Radcliffe laisse loin derrière lui le jeune sorcier et montre tout le talent dont il est capable. Il porte le film aussi aisément que les cornes et prouve encore une fois sa détermination à se détacher du personnage « emblématique » pour se diriger vers des rôles totalement différents (comme l’ont fait DiCaprio ou Pattinson). Juno Temple sort de son registre habituel, incarnant à merveille Merrin, irradiant l’écran par sa pureté et devenant ce fruit si convoité. Les différents interprètes s’en sortent bien, à l’image de Joe Anderson ou David Morse. Seul b-mol, Max Minghella qui livre ici une prestation sans grande valeur malgré la richesse du personnage.

Horns est une véritable curiosité, un mélange de genre qui se laisse découvrir avec beaucoup d’intérêt. Loin d’être un chef d’œuvre, il est néanmoins ampli de qualités, à commencer par son duo d’acteurs principaux. Un film honnête qui devrait surprendre et ravir plus d’une personne.

7/10

TRAILER

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

2 commentairesLaissez un commentaire

Laisser un commentaire