Le Secret de Kanwar : Notre critique

Anup Singh, Le secret de kanwar, Qissa : The Tale of a Lonely Ghost, inde, pakistan, femme, homme, sikh, sikhisme, cheveux, condition, critique, avis, film, impression, analyse, réincarnation, réalité, fantastique

SYNOPSIS

« 1947. Partition de l’Inde et création du Pakistan. Umber Singh, un père de famille Sikh, est contraint de fuir son village et de tout abandonner derrière lui. Son dernier espoir est d’avoir un fils comme héritier. Mais sa femme donne naissance à une quatrième fille. Umber décide alors de changer la destinée de cet enfant en l’élevant comme un garçon et en « le » mariant à une jeune fille. »

(Source : Zootrope films)

LE FILM

Réalisation : Anup Singh
Scénario : Anup Singh
Casting : Irrfan Khan, Tilotama Shome, Tisca Chopra …
Sortie française : 3 septembre 2014

CRITIQUE

Notre objectif en allant voir Le secret de Kanwar était de regarder quelque chose de différent et éventuellement de nouveau. Et ce fut une belle et enrichissante découverte.
Avec ce film indien, on se retrouve confronté à une culture et à un peuple dont nous ne connaissons que très peu de choses. Et pourtant, nous nous retrouvons captivés par cet univers méconnu.

Le secret de Kanwar est un film qui se constitue en deux parties distinctes. Une complètement encrée dans la réalité et une autre teintée d’une dimension fantastique. Cette différence qui peut dans un premier temps paraître étrange nous a d’abord surpris, mais nous a finalement beaucoup intrigué et fait de nouveau rentrer dans l’histoire de Kanwar. Si nous avions connu le titre originale du film, la seconde partie nous aurait probablement moins pris de court, nous décidons toutefois de ne pas vous gâcher la surprise et de vous laisser chercher si vous souhaitez vraiment le savoir.

Anup Singh, Le secret de kanwar, Qissa : The Tale of a Lonely Ghost, inde, pakistan, femme, homme, sikh, sikhisme, cheveux, condition, critique, avis, film, impression, analyse, réincarnation, réalité, fantastique

Avant d’entrer dans les détails du film, il me semble qu’il est essentiel de vous évoquer les éléments qui ont inspirés le réalisateur Anup Singh et davantage d’informations sur la culture des sikhs.

Trois éléments ont essentiellement inspirés Anup Singh : sa rencontre avec un Sikh, l’histoire de son grand-père et la tradition Sikh pour laquelle se couper les cheveux est tabou.
Un Sikh assez âgé lui a raconté que sa fille de seize ans, pour protéger son honneur, s’était suicidée en sautant dans un puit. A cette époque, c’était une « pratique » très répandue lorsque les villages étaient attaqués. Cet homme a confié qu’il continuait à rêver de sa fille l’attendant au fond de ce puit. Ce récit implique sans aucun doute la condition de la femme et Anup Singh a voulu en faire un film.
Le Secret de Kanwar s’inspire aussi largement de l’expérience de son grand-père qui a dû quitter son pays et qui ne s’en est jamais remis. Il s’agit donc également d’un récit très personnel à la croisée de l’histoire et de la fable.
Et enfin, le fait qu’il ait grandi dans une famille Sikh, Anup Singh a connu la tradition qui considère que se couper les cheveux est tabou. Les Sikhs font un noeud avec leurs cheveux et les placent dans un turban. Tout d’un coup, l’affirmation de leur part féminine disparaît (cheveux longs) au profit d’une apparence masculine et guerrière. C’est cette cohabitation du féminin et du masculin en une même et seule personne qui l’aura beaucoup inspiré.

Qu’est-ce qu’un Sikh?

Un Sikh est un pratiquant du Sikhisme, une religion monothéiste fondée dans le nord de l’Inde au xve siècle par le Gurû Nanak. Sikh vient du sanskrit “sisya” qui signifie “disciple”.
Les Sikhs initiés doivent suivre la règle des « 5 K » : ils doivent porter les cheveux longs couvert d’un turban et la barbe (Kesh); porter en permanence un peigne dans les cheveux (Kangha); ils portent aussi un poignard recourbé (Kirpan); un bracelet en fer (Kawra) symbolisant l’unité (boucle sans fin); et un pantalon spécifique (Kacchera).
Le sikhisme est une religion qui s’oppose au système des castes et qui prime donc l’égalité.

La réalité retransmise par Le Secret de Kanwar montre que cette égalité n’est pas vraiment appliquée. L’importance d’avoir un fils est essentiel pour un père qui souhaite s’affirmer.
C’est notamment le cas du père, Umber Singh, qui décide d’élever sa fille comme un homme pour affirmer son identité et sauver l’honneur de sa famille qui a dû quitter sa terre d’origine.

Anup Singh, Le secret de kanwar, Qissa : The Tale of a Lonely Ghost, inde, pakistan, femme, homme, sikh, sikhisme, cheveux, condition, critique, avis, film, impression, analyse, réincarnation, réalité, fantastique

A travers ce choix du père, on découvre la situation de l’homme par rapport à la femme. Il ne laisse pas le choix, il devient dominant en tout contrôlant. Il se vide de ses émotions, en étant obsédé par le changement d’identité de sa fille. Il s’impose à elle en ne lui laissant pas le choix d’être ce qu’elle est : une femme.
Toutefois, ceci mènent au drame lorsque que Kanwar doit se marier à une femme. La seconde partie du film est extrêmement intrigante car une boucle se crée et relie chaque partie du film.

Effectivement, ces deux parties sont bien évidemment relié par des objets. Un en particulier : la chaise. Symbole de la solidité, du maintien, de l’équilibre, elle est introduite au début de la première partie afin de montrer que la famille et particulièrement Umber Singh a réussi à se remettre de son traumatisme. Et un plan dans la dernière partie du film nous dévoile cette même chaise complètement abîmé, à la limite d’être cassée, montrant ainsi que l’équilibre du film et du personnage n’est plus assuré. C’est assez subtil, mais il faut avouer que ça nous a beaucoup plu.

[SPOILER] La seconde partie se dote d’une dimension fantastique comme nous l’avons dit précédemment. Kanwar affronte son père dont le désir va trop loin et le tue. Suite à cela Kanwar se retrouve hanté par le fantôme de son père.

Pour tout vous dire nous n’avons pas nécessairement très bien compris ce qu’il se passe réellement à partir de là. Dans le film, on nous fait plus ou moins comprendre que Umber Sing se trouve dans une boucle interminable qui se finit toujours mal. La fin et le début se rejoignent, mais pourtant on ne réussi pas à trouver une réelle logique sur l’ensemble de l’histoire.

Lorsque Kanwar ne peut plus cacher sa féminité et que sa femme est menacée, son père s’empare d’elle, Kanwar devient alors un homme.

Notre supposition sur l’origine de cette transformation vient de là :
“Le Sikhisme est basé sur la théorie du karma et de la réincarnation ; les réincarnations sont évitées en renonçant aux vices (viande, alcool, tabac, jeux de hasard), en surmontant son propre égoïsme, en menant une vie intègre et honnête, car le but suprême de l’existence est la libération. “
Or Umber Singh devient égoïste et ne mène pas une vie intègre et honnête. Et peut être est-ce la raison pour laquelle il se réincarne en sa propre fille dont il s’est jusqu’alors approprier le destin. [Fin du SPOILER]

Ce film est comme vous l’aurez compris une superbe découverte qui nous aura beaucoup appris. Et qui nous laisse encore réfléchir avec son scénario intriguant. C’est l’occasion de voir un film différent de ce que nous voyons souvent au cinéma en France, alors n’hésitez plus !

TRAILER

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire