Albert A l’Ouest ( A Million Ways to Die in the West) : Critique

albert à l'ouest, million ways to die in the west, cinécomca, critique, affiche, poster

 

SYNOPSIS

« Albert est un éleveur de moutons, plutôt lâche, qui vient de perdre sa petite amie. Il s’entraîne alors pour devenir un as de la gachette, avec l’aide de la femme d’un célèbre hors-la-loi. Mais lorsqu’Albert commence à tomber amoureux de cette dernière, il doit affronter son mari, un redoutable accro à la gachette. »
(Source : Wikipédia)

LE FILM

Réalisateur : Seth MacFarlane
Scénario : Seth MacFarlane, Alec Sulkin, Wellesley Wild
Casting : Seth MacFarlane, Charlize Theron, Liam Neeson, Amanda Seyfried
Durée : 116 minutes
Sortie française : 2 Juillet 2014

CRITIQUE

Avant tout chose, il faut savoir que Albert A l’Ouest est un film risqué pour son créateur Seth MacFarlane. En effet, c’est la première fois que celui-ci se montre devant la caméra. Mais tout le monde a déjà entendu sa voix, que ce soit dans ses séries animés (Family Guy, American Dad) ou dans son premier film : Ted. C’est d’ailleurs comme ça que le film a été vendu « Par le créateur de Ted ». Certes, il est créateur de Ted, mais l’humour de Albert A l’Ouest est complètement différent de celui-ci.

C’est donc à partir de là que l’on peut expliquer pourquoi cela ne plaît pas aux gens. Nous avons entendu certaines personnes traiter ce film d’homophobe, raciste, scatophile, etc. Que de jolis mots n’est-ce pas ? Or, ces gens insultant le film sont tout simplement des gens qui ne connaissent pas l’univers de Seth MacFarlane. Le plus gros problème du film c’est que, ici, ce sont des personnes réelles qui font les blagues. Dans une série-animée, les gens peuvent se détacher des blagues un peu trop salaces vu que ce sont des dessins qu’ils regardent. Dans Ted, c’est la même chose, l’utilisation d’un nounours fait qu’on peut justifier les blagues de mauvais goûts et que ça ne peut pas faire de mal.
Mais par contre, quand ce sont des humains, ça ne passe plus du tout. Hypocrite n’est-ce pas ?

Nous, nous avons aimé le film. Ici, MacFarlane s’amuse et se lâche et ça nous fait plaisir. Nous avons aimé cette ambiance de western. Dès le générique, nous sommes transposés dans cet univers. Un univers dur, pas facile à vivre et où chacun peut mourir à n’importe quel moment. Et Seth MaFarlane s’amuse énormément de ce gag en nous montrant une palette de morts plus diverses les unes que les autres. Certaines nous font rigoler, certaines nous dégoûtent, mais dans tout les cas, c’est osé !

Albert A l’Ouest repose essentiellement sur la comédie et le jeu d’acteur de Seth MacFarlane et celui-ci nous montre qu’il est « digne » de pouvoir tenir tout un film. Les rôles secondaires ne sont donc pas forcément nécessaire et c’est sûrement dommage. Quel plaisir cela aurait été de voir Liam Neeson se ridiculiser un petit plus ! Neil Patrick Harris et Sarah Silverman sont sous-exploités alors que ce sont des comédiens géniaux ! Quant à Charlize Theron, elle rempli son rôle, mais n’amène pas forcément grand chose en terme de comédie.
C’est peut-être le gros problème du film, c’est ce que si vous n’accrochez pas à Seth MacFarlane, vous allez vite déchanter et vous embêter car tout le film tourne autour de lui.

Parlons de l’humour, l’élément le plus important du film. Contrairement à beaucoup, nous avons énormément rigolé pendant le film. Et nous n’étions pas les seuls, car toute la salle était morte de rire. L’humour est gras, ça parle souvent pipi/caca, mais en même temps, c’est un élément qui marche ! Seth MacFarlane n’arrête pas d’être tabous et aborde des sujets contemporains sans se soucier de si cela peut choquer. On a vraiment un humour sur deux niveaux : l’humour gras et pas vraiment recherché, et celui du jeu de mots, contemporain (comparé le jeu du cerceau à nos smartphones par exemple).

On a aussi beaucoup aimé quelques petites références faites à d’autres films qui font rire et allège un peu certains éléments un peu dur du film. On ne veut pas en dire plus pour vous laisser découvrir. Il y a de ces références tout au long du film. Nous en avons remarqué plusieurs et supposées quelques autres mais que nous ne connaissions pas, c’est dommage.

Ici, le plus embêtant est comme souvent dans ce genre de comédie : les traductions. Malheureusement, certains choix de traductions sont beaucoup plus durs que la VO. Prenons exemple sur le « pussy » traduit par « tafiole » qui dans mon sens, ne marche pas. C’est beaucoup plus dur et le raccourci de traduction est trop facile. Autre exemple, « I’m Gonna Shoot my load into your cans » qui est une réplique hilarante en anglais, mais qui avec la traduction française, ne marche pas. Mais peut-on vraiment regretter ça ? C’est le problème avec les comédies US et les jeux de mots, c’est souvent très dur à adapter.

Comme vous avez pu le comprendre, le plus grand défaut du film, c’est que les gens ne connaissent pas le vrai Seth MacFarlane et prennent trop son humour à la lettre ! Et c’est bien dommage, car on peut vous assurer qu’avec Albert A l’Ouest, vous passerez un bon moment dans un far-west complètement absurde et hilarant !

TRAILER

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire