Palo Alto : La critique

palo alto, film, affiche, poster, cinécomca, critique, gia coppola, review

SYNOPSIS :

“Piégés dans le confort de leur banlieue chic, Teddy, April, Fred et Emily, adolescents livrés à eux-mêmes, cherchent leur place dans le monde. Ils ont soif de sensations fortes et testent leurs limites. L’alcool, les drogues et le sexe trompent leur ennui. Ils errent sans but dans les rues ombragées de Palo Alto incapables de voir clair dans le tourbillon confus de leurs émotions. Sauront-ils éviter les dangers du monde réel ?”
(Source Allociné)

CRITIQUE :

Dans la famille Coppola, je demande Gia ! Eh oui, encore quelqu’un de la famille Coppola qui se met à faire des films. Est-ce du calibre de son grand-père, barré comme son oncle, ou alors, est-ce ennuyant comme ce que fait sa tante ?

La réponse est simple : on s’ennuie comme un rat mort devant Palo Alto.
Désolé, c’est plus fort que moi, je vais essayer de dire un petit peu de bien du film, mais ça risque d’être vraiment dur.

Parlons de l’histoire. Comment ça, il y a une histoire ? Je vous rassure, il y en a un semblant. On suit donc la vie d’adolescents normaux à Palo Alto qui se font chier. Alors oui, comme tous les adolescents, ils ont des problèmes (ils ont envie de coucher avec leur prof de sport – James Franco), ils ont des problèmes de comportements (ils provoquent des accidents en voitures), et ils sont vraiment pas gentils avec les filles (ils couchent avec elles et partent aussitôt).
Malheureusement, sachant que les personnages s’ennuient dans ce film, nous aussi. Ils passent leur temps à ne pas faire grand chose, ou des trucs stupides.

Ce qui m’insupporte par dessus tout, c’est de vouloir filmer la vie d’adolescents dans une situation plus que bien (ils n’ont pas l’air d’avoir de souci d’argent et/ou de famille), et arriver à leur coller des problèmes existentielles. C’est la même rengaine que The Bling Ring, des adolescents plutôt riches qui font n’importe quoi. Mais filmé de manière à avoir de l’empathie envers eux. Et ça, c’est vraiment ce qui me répugne le plus à propos de Palo Alto.

Alors certes, les acteurs sont plutôt bons : James Franco (dont le film est adapté à partir de ses bouqins – oui, il écrit des livres…) est lui-même donc pas à se plaindre, etc. Par contre, là, je dois dire que j’ai beaucoup apprécié le jeu de Jack Kilmer (fils de Val Kilmer) et de Nat Wolf (Freddy et Ted dans le film) dont le deuxième joue parfaitement l’adolescent complètement barge.

Petit plus aussi, la réalisation : certes, elle filme l’ennuie, mais elle le filme très bien. C’est propre, on a droit à de jolis plans, et même lors de scènes qui bougent un peu plus (les fêtes par exemple), Gia Coppola arrive à bien rester dans le cadre et rendre ses scènes fluides. Mais bon, elle filme quand même l’ennui donc voilà…

Comme vous l’avez compris, je ne vais pas beaucoup parler de ce film, car nous ne l’avons pas du tout apprécié.
Il sort ce mercredi au cinéma et je n’ai qu’un seul conseil à vous donner : Si vous aimez le cinéma de Sofia Coppola (ces dernières années), alors vous aimerez sûrement Palo Alto.
Sinon, passez votre chemin.

LE FILM :

Réalisatrice : Gia Coppola
Scénario : Gia Coppola d’après le recueil de James Franco
Casting : Emma Roberts, Jack Kilmer, Nat Wolf, James Franco, Zoe Levin, Val Kilmer, Keegan Allen
Distribution : Pathé Films

Sortie française : 11 Juin 2014

AUTOUR DU FILM :

palo alto, rencontre, gia coppola, pathé films, cinécomca, discussion, interview, Q/A

A l’occasion de la projection de Palo Alto, nous avons eu la chance d’assister à des questions/réponses avec Gia Coppola, la réalisatrice du film.

Pour ce premier film, une collaboration s’est faite, James Franco a aidé au projet.
Elle a beaucoup appris avec lui. Il a été très ouvert et lui a laissé beaucoup de liberté.

Elle l’a réalisé seule, elle a appris comment faire ça en étant sur les tournages de sa famille. Franco était là en tant que mentor.

Tous les acteurs étaient de vrais teenagers, 17 ans, sauf Emma. Elle voulait de vrais acteurs, donc de l’âge des personnages.
Concernant la direction des acteurs, elle était ouverte aux propositions, il y a même eu de l’improvisation. Elle est timide et nerveuse donc très ouverte.

Le rôle d’Emma prend exemple sur Gia. Elle voulait parler de ses années et elle s’est donc replongée dans ses “awkward years”.

Jack Kilmer est connu depuis l’âge de ses quatre ans, elle l’a vu grandir. Et c’est après un repas qu’elle a été convaincue qu’elle voulait qu’il joue dans son film.
Lui n’était pas intéressé du coup elle a dû insister et le pourchasser.

Au début elle n’osait pas demander à James Franco d’être le coach dans le film.

Les films d’adolescents lui plaisait, et c’est comme ça que lui est venu l’envie de faire ça.
Les adolescents sont sujet d’émotion facile, il y a beaucoup de choses à dire à leur sujet.
On a tous connus des ados un peu fous. C’est un âge où on est prêt à tout faire, on ne se rend pas compte des conséquences.

A travers ce film, elle voulait comprendre ses personnages. Faire découvrir que les adultes sont aussi humains et font aussi des erreurs.

Gia n’avait pas aimé ses années lycées, mais une fois l’université finie, elle est devenue nostalgique de cette période.

Pour ce qui est de la musique, la bande originale est faite par un groupe qui à réussi à visualiser la musique en fonction de scènes que Gia a décrites. Il imaginait l’ambiance.
Étant un film sans budget il s’agit de petits groupes modernes à la mode.

En ce qui concerne la fin, elle a choisi de laisser faire les choses comme un short story. Les deux chemins que prennent les personnages ouvrent vers deux futurs : un positif et un négatif.

TRAILER :

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire