Jersey Boys

Jersey Boys, warner, avis, impressions, critique, warner, trailer, clint Eastwood, synopsis, reviewSYNOPSIS

« Quatre garçons du New Jersey, issus d’un milieu modeste, montent le groupe « The Four Seasons » qui deviendra mythique dans les années 60. Leurs épreuves et leurs triomphes sont ponctués par les tubes emblématiques de toute une génération qui sont repris aujourd’hui par les fans de la comédie musicale… »
(sources : Allociné)

CRITIQUE

Florent :
Nouveau film de Clint Eastwood sur l’histoire d’un groupe de musique légendaire aux États-Unis “Les Four Seasons”, Jersey Boys paraît être difficile de nous intéresser par le contexte et l’histoire. Est-ce le cas selon toi ?

Madeline :
Absolument pas. Ce film n’est pas parfait, mais il est divertissant. On y redécouvre des musiques que l’on connaît tous, tout en en apprenant énormément sur un groupe qui lui est probablement moins connu en France, alors qu’il a une renommée assez grande dans le domaine musicale.
Ce n’est pas le meilleur Clint Eastwood, loin de là, mais il arrive à nous intéresser. Qu’en as-tu pensé toi, dans l’ensemble ?

Premièrement, je dois dire que je suis pas vraiment fan de ce que fait Clint Eastwood en terme de réalisation. Certes, je n’ai sûrement pas vu les meilleurs, mais on va dire que J.Edgar m’a laissé un mauvais souvenir de ce qu’il pouvait faire.
Heureusement, je n’ai pas retrouvé ce que je n’avais pas aimé dans J.Edgar, donc il s’est avéré que j’ai globalement apprécié le film, malgré de grosses faiblesses.

D’ailleurs, quelles sont ses faiblesses selon toi ?

Pour moi, il s’agit surtout de faiblesses de réalisation, mais aussi par moment du jeu des acteurs.
Concernant le premier point, je parlerai avant tout de la méthode de narration qui a été choisie. Elle est plutôt particulière, inhabituelle et un peu bancale pour dire vrai. Dès le début du film, on a droit à Tommy DeVito qui s’adresse directement aux spectateurs et franchement, ça fait assez bizarre, c’est très direct … Du coup, on pourrait penser qu’en plus de jouer le rôle du personnage, celui-ci va être également narrateur tout au long du film. Mais non ! Ce rôle de narrateur passe d’un personnage à un autre. J’ai trouvé ça maladroit et pas forcément agréable en tant que spectatrice, pas toi ?

Ce procédé de narration est souvent utilisé, mais celui-ci a plusieurs objectifs : qu’on puisse s’identifier au récit et aux personnages. Or ici, comme tu le dis, chaque personnage a le droit à son moment de narration. On utilise donc ici ce procédé comme procédé scénaristique pour amener des informations. Informations qu’ils ne savaient sûrement pas comment placer.

Exactement, et malheureusement cette méthode ne fonctionne pas très bien.

Ensuite pour le jeu d’acteur, c’est un défaut beaucoup moins important. Dans l’ensemble c’est très bon, surtout quand on sait que les acteurs ont chanté en live pour le tournage. Mais à certains moments du film (les passages dramatiques par exemple), j’ai trouvé le jeu un peu forcé, ce qui rend l’émotion du moment fausse. Et c’est bien dommage.

Je pense qu’il est important de revenir sur le fait que ce sont les acteurs qui chantent pendant le film. Et en direct. Les scènes qui m’ont le plus troublées sont bien évidemment celles-ci. Pendant tout le film, je me demandais s’ils chantaient vraiment ou si c’était du playback sur les vrais “Four Seasons”.
Donc je dois dire que le casting est tout simplement incroyable dans la dimension musicale. Frankie Valli a une voix qui nous chamboule à chaque fois, c’est vraiment magique. Le reste du casting est certes moins mis en avant, mais amène une vrai dimension aux chansons.
Alors certes, je suis comme toi, j’avoue que dans les scènes dramatiques, les mimiques des acteurs (particulièrement de Frankie Valli) ne sont pas très bonnes. Un très bon casting vocal, mais dramatiquement, je trouve que c’est sur-joué.

Un casting incroyable,oui. Mais je ne suis pas de ton point de vue pour ce qui est des rôles autres que Frankie Valli. Au contraire, chaque membre du groupe des Four Seasons a bien sa place et aucun n’est omis malgré la star principal. Bien sûr, dans la seconde partie du film où Valli devient soliste, il n’est pas possible de faire autrement, mais dans la première partie, on retrouve énormément l’importance de Tommy, Nick et Bob, et cela autant dans les scènes musicales que quotidiennes.

C’est normal vu qu’on suit le groupe, mais il faut avouer que Frankie est le pion central du film. Tout tourne autour de lui. Jamais on ne s’intéresse aux relations de Tommy, Nick ou Bob avec leur femme/copine, etc.
Mais là où j’ai trouvé le récit un peu bancale, c’est aussi le fait de vouloir raconter une bonne partie de la vie de ce groupe. En faisant ça, on a droit à beaucoup d’ellipses narratives.
On passe donc d’un évènement à un autre qui peut avoir 1 à 2 ans de décalage, mais on ne nous prévient pas. Il est donc difficile d’imaginer Frankie Valli vieillir, car premièrement il garde toujours la même tête (qu’il ait 16 ou 45 ans), et deuxièmement on n’a l’impression que le temps ne passe pas vu qu’on ne nous prévient pas.

Ces ellipses ne m’ont pas dérangée, je trouve qu’on s’y attendait à chaque fois. Mais effectivement, il était difficile de se situer dans le temps à cause de Frankie qui ne semble pas vieillir. Mis à part à la fin où son vieillissement est complètement brutale et pas particulièrement réussi, je trouve. Un manque d’investissement dans le maquillage sûrement.

D’ailleurs cette scène finale, on peut en parler un peu. On retrouve le groupe complet, mais vieux (sauf les mains qu’ils ont oubliées de vieillir) pour un concert. En plein milieu, on retrouve ce système de narration où chaque personnage raconte ce qu’il est devenu rapidement. Puis la chanson continue et cette fois-ci, ils sont jeunes. J’ai trouvé la narration plutôt inutile et pas forcément agréable. Selon moi, il aurait été préférable qu’ils rajeunissent uniquement au fur et à mesure de la musique.

Je pense qu’il aurait été plus judicieux d’utiliser le procédé avant de commencer la chanson, car comme ce passage là est en plein milieu, ils coupent l’ambiance et ralentissent complètement la fin. Heureusement que Clint Eastwood arrive à conclure son film sur un bel hommage aux comédies musicales dans un numéro de danse et de chanson plutôt sympathique à regarder.

Pour ce qui est de l’histoire dans sa totalité, je dois dire que c’était plutôt intéressant de voir exploser ce groupe. En effet, les 20-25 premières minutes du film consistent à nous expliquer l’avant Four Seasons et malheureusement, il faut avouer qu’on s’ennuie un peu. On nous montre le New Jersey italo-américain avec sa mafia (qui ne fait pas très peur…). On a juste envie de voir le groupe se former, mais cela permet de poser les bases du récit et les relations entre protagonistes.

Ensuite, la formation et le succès du groupe permet d’apprécier les différents succès, mais ça ne se concentre pas énormément sur les problèmes que le groupe pouvait avoir.
C’est lors du problème en lui-même que l’on a le droit à des flash-back pour nous expliquer la/les sources du problèmes.
Je n’ai pas forcément apprécié ce procédé dans le sens où on a déjà du mal à se situer dans le temps, on nous rajoute des allers-retours dans le passé qui sont compliqués à comprendre, c’est dommage.

C’est vrai que ce récit non linéaire est un peu trop complexe à suivre. Mais une fois face au problème, je trouve qu’on arrive sur un passage où le courant passe mieux. La scission du groupe se fait plutôt dans la simplicité, c’est d’ailleurs le seul moment où on voit un peu le rôle de la mafia qui au final, n’est pas très utile. La séparation du groupe coupe réellement le film en deux parties. Comme on l’a déjà dit avant, à partir de là on ne suit plus que la carrière solo de Frankie et sa vie remplie de malheurs. On n’a plus ce côté entraînant et dynamique de la première partie du film, sauf à la toute fin où son succès revient.

Jersey Boys est certes un film avec de grosses faiblesses, mais l’univers et la musique entourant ce film permettent de passer un assez bon moment. Un bel hommage de Clint Eastwood à une époque lointaine, mais à ne pas oublier.

LE FILM

Réalisation : Clint Eastwood
Scénario : Rick Elice, John Logan d’après la comédie musicale Jersey Boys de Marshall Brickman
Casting : John Lloyd Young, Erich Bergen, Vincent Piazza, Michael Lomenda …
Musique : Bob Gaudio

TRAILER

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire