Halt & Catch Fire : Le pilot

halt & catch fire, halt and catch fire, amc, poster
SYNOPSIS :

« Au cœur des années 80, au Texas, un visionnaire, un ingénieur et un prodige spécialisés dans la micro-informatique confrontent leurs inventions et innovations aux géants de l’époque. Leurs relations sont alors mises à rude épreuve, entre convoitises, jalousies et crises d’égo… »
(Source : Allociné)

LA SERIE

Créateurs : Chris Cantwell, Chris Rogers
Réalisateur du pilot : Juan José Campanella
Casting : Lee Pace, Scoot McNairy, Mackenzie Davis, Kerry Bishé, David Wilson Barnes, Toby Huss
Chaîne de diffusion US : AMC
Chaîne de diffusion FR : C+ Séries

Diffusion en VOSTFR le 3 Juin sur Canal + Séries

CRITIQUE

Pour être honnête, je ne sais pas vraiment quoi penser de ce pilot. Rappelons déjà que AMC se doit de trouver une succession à ses très bonnes séries telles que Breaking Bad ou encore Mad Men (qui se finit cette année il me semble).
C’est dans cette optique qu’elle essaie de proposer des séries innovantes.

On se retrouve donc dans les années 80 et là, pour le coup, je dois dire qu’un joli travail a été fait de la part de l’équipe de la série. Sûrement pas une énorme série avec budget, (contrairement à Boardwalk Empire de HBO qui peut se permettre de recréer une promenade de Atlantic City dans les années 20) on arrive vraiment à retrouver ce ton des années 80. Toute la série ou presque se passe dans des endroits clos donc facilement manipulables par l’équipe ce qui donne un très bon rendu à l’écran.
J’ai beaucoup apprécié.

Parlons maintenant de l’univers : l’informatique. Je dois dire que c’est assez osé comme thème. Pour l’instant, l’informatique et son monde ont pour la plupart du temps était traité en tant que comédies (The It CrowdThe Big Bang Theory, Silicon Valley, …), mais là, on est face à un vrai drame sur l’évolution de l’informatique.
Et on sait déjà où sont les enjeux dès les premières minutes du pilot. Il n’est pas question de construire la bête de compétition. Il s’agit de construire la chose pour arriver à la chose :

Computers aren’t the thing.
They’re the thing that gets us to the thing.

Vous l’avez compris, ici, nous sommes à la recherche du sacré Graal : Internet. C’est évidemment l’outil qui va révolutionner notre monde, mais aussi la manière d’utiliser un ordinateur. Et cette série en sera les prémices.

J’aime cette idée de pionniers de l’informatique, des gens qui avaient des idées folles à l’époque et qui étaient prêts à tout pour y arriver. Et c’est le cas dans Halt & Catch Fire, les deux protagonistes principaux de l’histoire, Joe MacMillan et Gordon Clark vont passer un nombre d’heures incalculables pour arriver à ce dont ils veulent. Et ce n’est qu’est le pilot, donc j’ose pas imaginer ce que ça va être par la suite. En effet, il faut se dire que l’informatique dans les années 80 était beaucoup moins développé et que seuls quelques géants en survivaient : Apple, IBM, … Vouloir les concurrencer paraissait assez fou. Arriverons-t-il à sortir leur épingle du jeu ? Nous verrons bien.

Le plus gros problème selon moi dans ce pilot est le traitement des personnages. Lee Pace est excellent, mais en fait sûrement un peu trop. On se retrouve face à un mec pas vraiment imbu de sa personne, mais qui sait se démarquer. Pourtant, il fait des trucs stupides qui ne servent à rien. J’espère que ce problème sera réglé quand nous verrons la suite, mais je dois avouer que j’ai pas accroché à son personnage.
Pour Gordon Clark, là encore, ça fait un peu cliché. Un informaticien de génie qui possède un job de bas étage dans une entreprise de réseaux informatiques. Personne ne le comprend, il ne comprend plus personne… Bref, je pense que vous voyez le genre. Et c’est Joe MacMillian (Lee Pace) qui va lui faire sortir la tête de l’eau pour devenir plus grand (On notera aussi un superbe discours de Lee Pace lors d’une négociation pour un repas d’affaires).
Enfin, pour le personnage de Cameron Howe (Mackenzie Davids), là encore, on se retrouve face à un cliché ambulant. Une jeune élève en informatique ayant de très bonnes idées mais qui s’habillent comme une punk et qui jouent aux jeux d’arcades… Et qui se fait baiser après un shot de Tequila… Un peu cliché tout ça.

Je dois dire que c’est sûrement l’élément qui m’a le plus refroidi vis-à-vis de ce pilot : le traitement des personnages. En tout cas, le pilot m’a vraiment donné envie d’en voir plus, à condition que le traitement des personnages s’améliorent. Mais l’univers et le dépaysement de la série, j’adhère !

TRAILER

 

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Un commentaireLaissez un commentaire

Laisser un commentaire