The Two Faces of January

The two face of january

Synopsis :

“1962. Un couple de touristes américains très élégants, le charismatique Chester MacFarland et sa jeune épouse Colette, arrive à Athènes. À l’Acropole, ils rencontrent Rydal, jeune guide américain parlant grec, arnaqueur de touristes à l’occasion. Séduit par la beauté de Colette et impressionné par la fortune de Chester, Rydal accepte sans hésiter leur invitation à dîner. Les McFarland se révèlent moins lisses qu’il n’y paraît : le luxe et leur raffinement cachent bien mal leur part d’ombre.”
(Source : Premiere)

Critique :

Hossein Amini, scénariste de The Wings of the Dove ou encore Drive réalise son premier long-métrage (dont il écrit aussi le scénario) : The Two Faces of January.

On se retrouve en Grèce, dans les années 60, une période d’après-guerre qui est enclin à expliquer le drame de ce film. On se retrouve face à un histoire passionnel (et aussi charnel) entre trois personnages : Rydal, Chester et Colette.

L’intrigue de ce film est un peu longue à se mettre en place. En effet, les quelques scènes d’exposition sont plutôt lentes. Mais celles-ci permettent de mettre en place le contexte de l’histoire, les relations et la psychologie des personnages.
Chaque élément qui est mis en contexte au début du film se retrouve tout au long du film, ce qui permet de créer un fil rouge qui est intelligible et efficace.

Le scénario, adapté du roman de Patrica Highsmith est très bien adapté et très bien chapeauté. Le scénario impose le tempo du film et nous domine dans le récit. En effet, sans avoir lu le livre, il est difficile de savoir ce qui va se passer. On est donc surpris tout au long du film. On a l’impression de vivre les aventures des protagonistes avec eux.
Nous avons particulièrement aimé le fait que Hossein Amini se concentre plus sur la psychologie des personnages que sur le côté thriller de ce film.

Pour ce qui est des personnages, Chester joué par Viggo Mortensen est tout simplement incroyable. On se retrouve face à un personnage qui est dur à cerner tout le long du film. Ce n’est pas quelqu’un ayant un mauvais fond. Il est amoureux, fidèle, joyeux, … Mais pendant tout le film, il se fait emporter par sa face cachée en devenant violent, triste, suspect, méchant, …

Colette, jouée par Kirsten Dunst est malheureusement cantonnée au même style de personnage : Une personne un peu niaise, une femme à homme, laissée dans l’ombre. C’est dommage, on pense vraiment qu’on aurait pu avoir une psychologie plus poussée pour ce personnage.
Toutes les relations tournent autour d’elle, mais elle même ne fait pas partie intégrante de ces relations, elle devient effectivement un élément secondaire. On la considère plus comme un objet.
Enfin Rydal joué par Oscar Isaac, se découvre lui aussi peu à peu au cours du film. Ce petit arnaqueur grec va comprendre au fur et à mesure que le récit avance qu’il partage plus de choses qu’il ne le pensait avec Chester. On revient sur l’effet boule de neige : une petite arnaque en amène une plus grosse et ainsi de suite… Pour arriver aux types d’arnaques que fait Chester, et se retrouver dans la même situation que lui.

Pour finir, on reviendra sur la mise en scène du film qui est tout simplement sublime. Les costumes, les paysages sont à couper le souffle. On a vraiment l’impression de se retrouver dans les années 60. On plonge vraiment dans l’ambiance du Sud.

The Two Faces of January est donc un premier long-métrage complètement réussi pour Hossein Amini. Un scénario bien travaillé fait tout de suite la différence et permet même aux personnes qui n’apprécient pas ce genre de film d’aimer.

Réalisateur : Hossein Amini
Scénario : Hossein Amini d’après le livre de Patricia Highsmith
Casting : Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscarr Isaac.
Production : Studio Canal, Working Title Films
Sortie française : 18 Juin 2014

Vous retrouverez plus tard notre interview avec Hossein Amini.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Un commentaireLaissez un commentaire

Laisser un commentaire