Real

Real

SYNOPSIS

“Koichi (Takeru Sato) et Atsumi (Haruka Ayase) sont amis depuis leur rencontre à l’école primaire. Ils vivent ensemble depuis qu’Atsumi est venu à Tokyo pour être mangaka. Koichi, professeur dans un club de sport, se plaint qu’Atsumi ne pense qu’au manga et à ses délais à tenir.
Suite à la tentative de suicide d’Atsumi, elle est plongée dans le coma. Les neurochirurgiens, pour l’obliger de sortir de cet état, ont inventé un protocole médical qui permet d’entrer dans l’inconscient d’Atsumi grâce à des ondes électromagnétiques. Koichi est la personne la plus compatible pour immiscer dans les pensées de son ami, comprendre son geste et la faire sortir du coma.”
(source : Wikipédia)

LE FILM

Réalisation : Kiyoshi Kurosawa
Scénario : Kiyoshi Kurosawa inspiré de Rokurô Inui
Casting : Takeru Satô, Haruka Ayase, Jô Odagiri

CRITIQUE

Comment expliquer que Real nous a pris au dépourvu ? En effet, on ne s’attendait absolument pas à ça. Ce film est tiré du roman de Rokurô Inui : A Perfect Day for Plesiosaur. Il s’agit du premier film de Kiyoshi Kurosawa que l’on voit. Du coup, bien qu’il s‘agit peut-être totalement son style, on l’a trouvé étonnant et inattendu.

On découvre un monde plus avancé que le nôtre. Du moins, en ce qui concerne la médicine et le coma. Car en réalité, on n’en connaît pas beaucoup plus.
C’est un film avant tout basé sur la psychologie et l’inconscient des individus. Il nous amène à réfléchir sur les souvenirs enfouis. Et cela d’une façon pour le moins original.

real

 

En accompagnant Koichi dans l’opération d’aide pour sortir Atsumi du coma, on ressent le besoin de savoir comment il va s’y prendre. On est intrigué, curieux mais tout comme le personnage principal, effrayé de ce qu’il peut se passer.

Le film se divise en réalité en deux étapes :
– Une première où l’on cherche à comprendre. Koichi cherche à convaincre Atsumi de sortir de son coma en vain. Cette partie de Real est dominée par la peur, par la découverte d’un univers SF/fantastique étrange. On reste perplexe face à ce que vit Koichi dans cette entreprise.
– La seconde partie du film est quant à elle dominée par un sentiment de force. Les personnages reprennent le dessus sur leurs expériences. C’est là que le réel combat pour dominer l’inconscient, le coma et tout ce qu’il cache se passe vraiment.

L’intrigue nous a beaucoup plu. Cette idée de pénétrer l’inconscient pour trouver la solution au coma. Mais pour tout dire, on trouve que dans la seconde partie de Real, l’imaginaire devient trop important, voir imposant et retire cet aspect réel à l’irréel qui coordonnait parfaitement bien avec le titre du film. Même si l’ensemble du scénario est logique, on le trouve beaucoup trop exagéré avec par exemple, le plésiosaure. Le film perd en subtilité.

real

Les différentes choses qu’on a beaucoup apprécié sont l’ambiance, les décors et les passages des uns aux autres. Il y a peu d’endroits et tous sont très simples. Ce qui est génial, c’est qu’à travers l’inconscient, les personnages évoluent « anormalement ». Ils passent d’un endroit à un autre comme si ceux-ci étaient côte à côte, alors qu’ils sont souvent à plusieurs kilomètres de distance.

Concernant les personnages, on était très content de retrouver Takeru Sato dans le rôle de Koichi et Haruka Ayase pour Atsumi. Les ayant déjà vus dans d’autre films japonais.
Pourtant on a été un peu déçu par Takeru Sato… Il nous a semblé peu expressif. Il manquait énormément de dynamisme dans ses expressions de visage. Mais y réfléchissant, dans l’ensemble du film, on se dit que peut-être cette indifférence est faite exprès. Mais même si c’est peut-être ça, il faut avouer que cela manque de punch et rend de temps à autre le film lent et long.

Ce film est donc très surprenant et selon nous à voir, malgré ces quelques petits bémols.

BANDE ANNONCE

      

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire