47 Ronin

47RONIN-rouge

SYNOPSIS :

“Un perfide seigneur de guerre ayant tué leur maître et banni leur tribu, 47 samouraïs errants jurent de se venger et de restaurer l’honneur de leurs compatriotes. Arrachés à leurs foyers et perdus aux quatre coins des terres connues, cette poignée de rebelles se voit contrainte de recourir à l’aide de Kai – un demi sang qu’ils avaient jadis renié – lors de leur combat à travers un univers violent, peuplé de monstres mythologiques, de métamorphoses maléfiques et d’effroyables dangers. Cet exil sera l’occasion pour cet esclave rejeté de se révéler leur arme la plus redoutable, et de devenir la figure héroïque qui donnera à cette troupe d’insoumis l’énergie de marquer à jamais l’éternité.”
(source : Allociné)

CRITIQUE :

47 Ronin est le style de film que l’on aime si on apprécie les films sur l’histoire japonaise et la culture japonaise en général. Tout ça pour dire que l’avis de l’équipe Cinécomca est partagé. Et c’est bien ce qui a empêché une personne de l’équipe de ne pas apprécier, et l’autre, oui.

Commençons par la promotion du film en France. On s’est directement demandé après le film : “Pourquoi l’homme avec les tatouages de squelette est autant mis en avant sur les affiches?” Effectivement, c’est absurde, à moins qu’on ai loupé une partie en plein milieu du film en allant aux toilettes (ce qui n’est pas le cas), ce personnage n’apparaît pas plus de 10 secondes… On est d’accord, il est plutôt classe avec son look de pirate bizarre,mais bon, il ne sert pas à grand chose. C’est intrigant, mais ça reste pour nous et sûrement d’autres, un mystère.

Le film est tiré d’une légende japonaise, 47 Ronin est un mélange d’histoire de samouraïs, d’honneur et de magie. L’univers du film est très réussi, il n’est pas trop exagéré, pas trop cliché. Même si on retrouve des éléments basiques pour ce genre d’histoires : la fierté du samouraï, un univers magique souvent lié à des démons et à la forêt. Pourtant, dans ce film,il n’y a peu ou presque pas de magie dans l’intrigue. Juste certains éléments qui permettent d’expliquer la cause du bannissement des 47 samouraï d’Ako (la petite province japonnaise du film).
On en aurait même demandé un peu plus pour le spectacle, mais bon peut-être que si ça avait été le cas ça serait parti dans le “trop”.

Une scène qui nous a particulièrement dans le film :La scène de vengeance des 47 Ronin. On se retrouve face à une invasion d’une petite cité japonaise afin d’aller tuer des méchants (ça, c’est évident). Mais, comme c’est des samouraïs, ils font ça dans la discrétion et la subtilité. On a beaucoup aimé la fluidité et le calme de la scène et la manière dont elle a été filmée. On montre vraiment que ces gars là sont pas ici pour rigoler.

En ce qui concerne les personnages, on est satisfait. Le film ne se concentre pas trop sur Kai, joué par Keanu Reeves. En effet, avant de voir 47 Ronin, on pensait que le risque était que l’histoire se concentre trop autour de lui étant donné qu’il est le personnage central, sauveur mais aussi intrus (c’est un sang-mêlé, ce que les japonais n’aiment pas du tout).
On a été surpris de retrouver des “petits” acteurs japonais comme Jin Akanishi qui n’avait jusqu’alors joué que dans des films japonais et n’ayant pas une grande notoriété internationale. Mais son jeu était juste.
Le petit bémol au niveau des personnages et tout de même ce jeu un peu exagéré comme celui du seigneur Kira en tant que méchant. Il faut avouer que le grand méchant Kira qui veut récupérer les terres du seigneur rival, c’est classique et donc, tourne souvent dans le trop gros.

Pour conclure, 47 Ronin ne s’avère pas être un énorme bide, il a des qualités telles que son univers, sa galerie de personnages qui fait que ce film reste sympathique.

Réalisation : Carl Rinsch
Scénario : Hossein Amini, Chris Morgan
Casting : Keanu Reeves, Hiroyuki Sanada, Kô Shibasaki

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire