Only Lovers Left Alive

Synopsis :

Adam et Eve sont deux vampires, vivant respectivement à Détroit et Tanger. Détroit, ancienne ville ouvrière est une cité sombre, en dépression économique, c’est la ville d’Adam. Rockeur poète renfermé sur lui-même, celui-ci ne sort jamais de chez lui et n’a que pour activité la musique.

Adam est complètement détaché de la réalité dans laquelle nous vivons, celui-ci est sage et cultivé. Il a influencé l’histoire de l’humanité, mais c’est fini. Pour Adam, “les zombies” ne méritent plus rien.
Eve rejoint Adam à Détroit pour le réconforter. Mais Ava, la soeur d’Eve vient perturber leur train de vie.

Critique :

Only Lovers Left Alive est le nouveau film de Jim Jarmusch et vient revisiter le mythe du vampire dans notre société moderne. Exit tout les Twilight et autre True Blood, les vampires tels qu’ils devaient être sont présents dans ce film.

Lors de l’arrivée de Eve à Détroit pour réconforter son amour, nous nous retrouvons face à une ville morte, peu voir pas de personnes dans les rues. Une ville sale et ténébreuse, à l’image d’Adam.

Ce que nous avons trouvé particulièrement beau est justement ce combat entre la lumière et les ténèbres. On se retrouve devant des tableaux avec des touches de lumière (lampadaire, phare de voiture) dans un univers noir. Mais cette dualité se retrouve aussi dans les plus petits détails. Adam ne porte que des vêtements noirs tandis que Eve, des vêtements blancs. Est-ce le symbole d’un ange venu tirer l’homme vers la lumière ? Chacun est libre de se faire son interprétation.

On suit alors les “aventures” de ces deux vampires : une vie calme, paisible, en retrait. Mais la soeur d’Eve, Ava, va bousculer ce petit monde. Pour ne pas spoiler, ça va mal se finir et Adam et Eve décide de repartir à Tanger.

Ce qui est agréable dans cette fin est l’analogie faite à l’Homme. Adam et Eve sont des “humains 2.0”, pourtant, pour survivre, ils reviennent à leur état primaire de vampire. Comme nous le savons tous, l’Homme est un habitué de ce genre de comportement. On fait les beaux la plupart du temps, mais quand il s’agit de survie, la nature revient vite au galop.

Pour finir, nous parlerons de la BO qui est complètement en accord avec le film. Un rock psychédélique et mélancolique,  tout comme les personnages. La musique se perd en elle-même, tout comme le personnage d’Adam.

Et mention spéciale à la scène d’introduction avec des fondus entre les personnages et une platine vinyle. La caméra tourne, le disque tourne, une vraie synergie se fait entre ces deux éléments.

Ce nouveau film de Jim Jarmusch vient casser les clichés sur les vampires, réinstaurant le vampire classe et respectueux. L’univers développé et la musique omniprésente font de ce film notre petit favori de la fin février.

Réalisateur : Jim Jarmusch
Scénario : Jim Jarmusch
Musique originale : Jozef van Wissem
Casting : Tom Hiddleston, Tilda Swinton, Mia Wasikowska, John Hurt

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire