At Berkeley

Synopsis :

Documentaire sur la vie de l’université de Berkeley

Critique :

Découvert au gré de nos lectures (Merci Trois Couleurs et So Film), nous avons décidé de braver notre courage et d’affronter ce documentaire de 4h sur l’université de Berkeley.
Pour ceux qui ne connaissant pas Berkeley, c’est une des plus grosses universités des États-Unis : 35 000 étudiants, 1 800 professeurs, 2ème meilleure université aux États-Unis. Pour faire court, une institution en terme d’éducation.

Le documentaire se découpe en trois sujets distincts :
– L’administration
– Les cours enseignés
– Les étudiants

La partie sur l’administration permet de comprendre la situation de l’enseignement publique aux États-Unis : Baisse des subventions publiques (300 millions), gérer plusieurs services, les relations entre les employés, les professeurs.
Un énorme travail qui nous permet de nous immiscer dans des réunions internes qui sont sans fin mais toujours très intéressantes afin de comprendre les rouages d’une institution telle que Berkeley.

La deuxième partie sur les cours enseignés permet en tant qu’européen et étudiant de comprendre ce système et de pouvoir le comparer au nôtre.
Un savant mélange de cours magistraux et de cours en petits comités qui permettent d’avoir une approche complètement différente. On se retrouve d’un côté dans un cours donné par un lauréat Nobel de Physique, et d’un autre, au sein d’un petit débat de 8 à 10 personnes sur “comment changer le système éducatif américain?”.
Des échanges qui durent une vingtaine de minutes et qui sont passionnants. On comprend que le rôle d’un professeur est ici de partager du savoir, mais aussi d’en recevoir et créer un échange entre élèves et professeurs. Chose que nous ne faisons pas tout le temps ici en France.

Enfin, la dernière partie sur les étudiants… Partie qui selon nous, permet de vraiment comprendre et montrer les différences avec la France. Nous assistons donc à des réunions extra-scolaires en rapport avec la vie sur le campus.
Lorsque ces discussions partent sur le sujet raciale, c’est là où ça tourne au vinaigre : “Quand je parle, j’ai l’impression d’être le représentant des noirs” ou “Les gens ne veulent pas de moi dans leurs groupes parce que je suis noir.”

Des discussions qui tournent énormément autour de ce sujet, et on se sent mal à l’aise. Mal à l’aise car ce sont des sujets que nous n’abordons pas de la même manière et surtout, ce sont des sujets qui ne sont plus possible de tenir en France.
C’est vraiment la seule chose qui nous a gêné, ce problème de cohésion sociale, cette logique de groupes d’appartenance.

Plus largement, ce film aborde aussi une thématique phare : la revendication étudiante.
Non prévue lors du tournage, une manifestation étudiante a eu lieu sur le campus. Regroupant des centaines d’étudiants, celle-ci se bat pour beaucoup de thèmes : la baisse des frais d’entrées, augmentation et retraite pour le petit personnel, …
On verra même l’administration soutenir, mais regretter les années 60 où les étudiants se battaient pour une cause à la fois.

Pour finir, nous parlerons de la réalisation qui aide énormément. En effet, celle-ci, en plan fixe permet de vraiment entrer dans la scène. On devient présent lors de la réunion, du cours, … Les quelques changements de plan que l’on peut y voir ne sont là que pour ne pas lasser le spectateur. Mais en tout cas, ça marche. Tout cela coupé par des longs plans de la vie de l’université : les jardins, les travaux, les couloirs, … Qui nous permettent d’avoir une vue globale.

Nous avons été bluffé par At Berkeley. Nous ne pensions pas réussir à tenir les quatre heures. Et pourtant, après une petit difficulté à entrer dedans, lorsque le documentaire se finit, on en voulait encore.

Réalisateur : Frederick Wiseman
Montage : Frederick Wiseman
Production : Zipporah Films

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site de l'auteur

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !

Laisser un commentaire